• Les 4 mercenaires d'El Paso (1971)

    Encore un "spaghetti" indigeste !

    Les 4 mercenaires d'El Paso (1971)Après avoir réussit un hold-up, Roy KIng (Lee Van Cleef) se fait avoir pas la charmante mais vénale Alicia (Gina Lollobrigida) qui, après l'avoir épousé, s'enfuit avec l'argent.

    Quelques temps plus tard, King et sa bande se voient proposer un "coup" par un certain Montero : faire sauter un arsenal caché dans une église mexicaine.

    Très vite, toutefois, il s'avère qu'Alicia se trouve derrière tout ça : Montero (James Mason) est en fait un agent double à la solde des États-Unis, et il doit toucher un chèque d'un million pour détruire cet arsenal. Seulement, il vient d'épouser la belle aventurière...

    Les westerns-spaghettis se ressemblent tous : un scénario tenant sur un ticket de métro, des personnages principaux qui passent leur temps à se trahir, une misogynie ridicule et une "chute" sensée être drôle.

    Les 4 mercenaires d'El Paso, réalisé par Eugenio Martin, n'échappe pas à la règle : hormis un  début prometteur et amusant, le film s'embourbe dans une course au "McGuffin" (un chèque d'un million) durant laquelle nos héros sont pourchassés, cernés dans un fort, trimbalés dans une voiture transformée en char d'assaut et enfin... blousés en beauté !

    C'est néanmoins plus regardable que Capitain Apache, que j'ai chroniqué récemment : notre ami Lee Van Cleef, coiffé d'un curieux chapeau melon, y retrouve le style de Sabata, et ses complices, quoique un peu passe-partout dans leurs rôles, s'en sortent bien.

    Gina Lollobrigida fait acte de présence en "garce" intéressée et son personnage quoique caricatural, est amusant de duplicité. James Mason y a le rôle ridicule et ingrat du mari complaisant, du moment qu'il peut être assuré d'avoir l'argent au final.

    Bref, ces 4 mercenaires d'El Paso est un film vite vu, vite oublié.

     

    « Une étoile est née (1937)Soit dit en passant »

  • Commentaires

    1
    FJWalk
    Mardi 1er Septembre à 12:41

    Effarant; de constater à quelle vitesse Lee Van Cleef a ruiné son statut de vedette, pourtant durement gagné, en ne tournant que des navets insauvables. 

      • Mercredi 2 Septembre à 20:02

        L'acteur a préféré être vedette de mauvais films en Europe plutôt que de jouer encore et encore le méchant de service dans de grandes productions hollywoodiennes.

    2
    Jeudi 10 Septembre à 07:56

    Effectivement, ainsi que je le signale en parlant de ses films " Lee Van Cleef est ravi à notre affection dans les trois minutes dans ses films américains." , comme dis Val il avait au moins le plaisir de figurer plus longtemps dans les navets en question et puis ça devait payer un peu aussi. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :