• La peur au cinéma

    Des vieilles légendes aux légendes urbaines.

    La peur au cinémaDepuis toujours, l'homme a aimé se faire peur. Les mythes, les légendes, les contes de fée, puis la litterature ont développé les thèmes éffrayants. Il n'est pas étonnant que le cinéma s'en soit emparé à son tour, d'abord avec les croques-mitaines connus, puis en créant ses propres mythes.

    Reprenant donc les monstres "anciens", valeurs sûres en matière de frayeur, le 7ème art a peuplé les grands écrans de vampires, loups-garous et autres zombies. S'appuyant également sur les classiques littéraires, il recréa le monstre de Frankeinstein, l'élégant conte Dracula, les héros maudits d'Edgar Poe. Puis, au fur et à mesure que les effets spéciaux se modernisent, les singes géants, les dinosaures, les créatures de lacs noirs trouvent leur place dans le panthéon cinématographique.

    Mais les temps changent, le public a besoin d'autres frayeurs. D'ailleurs, de nouvelles peurs naissent dans l'inconscient collectif : la bombe atomique, les O.V.N.I., les serial killers commencent a faire concurence avec le vieux cinoche qui, en opportuniste qu'il est, ne tarde pas à les intégrer à son bestiaire fantastique.

    La peur au cinéma symbolise souvent les psychoses humaines : ainsi, une invasion extraterrestre peut, sous couvert de film, stigmatiser la Guerre froide. Dans le même genre d'idée, le célébre Godzilla personnifie pour le peuple Japonais le traumatisme des bombardements sur Hiroshima et Nagasaki.

    Ces oeuvres, datant pour la plupart des années 50, peuvent être vues aujourd'hui comme des documents sur les terribles événements du passé, ou peut-être des mises en garde contre les excès de la science.

    La peur au cinémaDans les années 70, la peur prend des formes plus variées, plus proche de nous, comme L'Exorciste, Hamityville la maison du diable (censé être basés sur des faits réels), alors que Spielberg effraie les vacanciers de toutes les stations balnéaires avec son requin et que Ridley Scott réinvente la SF avec Alien.

    Cette même décenie est marquée par deux nouveautés en matière de peur cinématographique : le slasher et les films de canibales. Si le premier est resté encore aujourd'hui une valeur sûre, il semble que le deuxième ait "muté" pour donner naissance aux films de zombies bien gores.

    Aujourd'hui, le film d'épouvante se décline en deux sous-genres (bien nommés, à mon avis) : le film bien crapoteux, avec découpage et mises en scènes morbides, et le film à suspens, genre "on trouve une caméra dans une forêt où des jeunes ont disparus"...

    Bref, si au départ le cinéma d'épouvante avait un certain charme, une poésie intrinsèque, aujourd'hui, je n'ai nulle envie de découvrir ces catalogues de chair humaine décomposée, ces histoires abracadabrantesque par webcam, ces petites fille schevelues qui sortent des écrans...Non, définitivement, je préfére et de trèèèèès loin, mes vieux copains Boris Karloff, King Kong ou Bruce...

     

    La peur au cinéma

     

     

     

     

    « Vengeance d'outre-tombeUne pause statistique »

  • Commentaires

    1
    Kinskiklaus
    Vendredi 12 Avril 2013 à 11:06

    VAL? Je pense exactement la même chose!

    2
    lemmy Profil de lemmy
    Vendredi 12 Avril 2013 à 12:13

    Moi, j'aime bien quelques-uns de ces films crapoteux qui ne le sont pas tous, loin de là, même les mauvais. J'aime ce genre.


    Qui n'aime pas les "Evil dead" ?

    3
    Kinskiklaus
    Vendredi 12 Avril 2013 à 14:19

    Oulà, je rectifie: VAL, je ne suis pas du tout d'accord avec toi! J'avais mal lu, ou lu trop vite ton article! Vive Evil Dead, BrainDead (un must!) et autres jolis contes! En revanche, je déteste les SAW, HOSTEL et autres nullités qui sortent depuis des années. Les films gore qui rencontrent leur public aujourd'hui sont beaucoup trop premiers degrés et malsains.

    4
    Vendredi 12 Avril 2013 à 14:31

    Heu...Evil Dead ? Brain Dead ? J'ai remarqué que c'est un cinéma strictement "masculin", à l'instar du Parrain et autres Appocalypse Now...Moi, je passe mon tour !

    Mais je ne doute pas que ces films sont des chefs-d'oeuvre de leurs genres...

    5
    Kinskiklaus
    Vendredi 12 Avril 2013 à 15:09

    Strictement masculin? VAL, ce n'est pas toi qui aime tant Charles Bronson??? C'est ton "strictement" qui me dérange un peu. C'est vrai que les films gore sont appréciés par un plus large public maculin que féminin. Comme les films avec Charley...

    6
    Kinskiklaus
    Vendredi 12 Avril 2013 à 15:12

    Et n'oublions pas la vraie fonction du film d'horreur: Inviter les nanas au cinéma et les prendre dans nos bras pour les rassurer.

    7
    Vendredi 12 Avril 2013 à 16:36

    Aurais-je été trop loin avec mon "strictement" masculin ? C'est vrai que je suis la seule femme de mon entourage à aimer autant Charles Bronson, je devrais donc faire preuve de plus d'ouverture d'esprit !

    Mon cher Kinskiklaus, tu as raison au sujet de "l'alibi" film d'horreur pour draguer...Cela ne m'est jamais arrivé néanmoins (tant mieux ?!) !

    8
    Kinskiklaus
    Vendredi 12 Avril 2013 à 16:47

    J'opterai plutôt pour tant pis pour toi!

    9
    Vendredi 12 Avril 2013 à 16:58

    Oui, peut-être... 

    10
    DANIEL.
    Samedi 13 Avril 2013 à 22:03

    J ai jamais dragué au cinéma devant un film d horreur...Avoir devant moi les gros plans du visage de Norman Bates(je prends le meilleur pour exemple) ou entendre a fond le bruit d une tronçonneuse pendant deux heures..franchement j en perds tous mes effets et quand j arrivais a faire plus viril,pendant une scène calme qui annonçait un probable apocalypse sanglant,ma copine s était enfuie depuis longtemps...Du coup je me rends compte aujourd hui  que c était donc elle ce hurlement pétrifiant qui  venait du dehors et qui traversait les murs du ciné...Damned....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :