• Les Diaboliques (1954)

    Chef-d'oeuvre.

    Les Diaboliques (1954)Michel Delassalle (Paul Meurisse) dirige d'une main de fer le pensionnat pour garçons qui appartient à son épouse Christina (Véra Clouzot). Constamment humiliée par son mari, la jeune femme s'est rapprochée de  Nicole Horner (Simone Signoret), la dernière maîtresse (et victime) en date de Michel.

    Toutes deux mettent leur haine en commun pour concocter un plan visant à assassiner leur bourreau...

    Que dire des Diaboliques qui n'a pas été déjà dit ? Tout cinéphile qui se respecte connait l'intrigue bien ficelée flirtant avec le fantastique, ainsi que les anecdotes mille fois rabâchées. Je dirais juste que ce film est pour moi un des meilleurs "thriller" policier que je connaisse, avec en tête d'affiche un trio - ou plutôt un quatuor - d'acteurs au taquet entouré du fleuron des seconds rôles de l'époque.

    Classique parmi les classiques, Les Diaboliques d'Henri-Georges Clouzot se voit et se revoit avec un plaisir toujours renouvelé.

     Les Diaboliques (1954)Les Diaboliques (1954)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Diaboliques (1954)

     

     

     

    « Hooo ! Des articles sur Ana'Blog !!!Adieu, Margot Kidder »

  • Commentaires

    1
    Kinskiklaus
    Lundi 14 Mai à 15:28

    Ouaip, un véritable chef-d'oeuvre du cinéma français. Assez curieusement, je ne l'ai pas revu depuis une quinzaine d'années mais j'en conserve une grosse partie dans ma mémoire. Ah, les yeux révulsés de Paul Meurisse, ceux-là même qui ont traumatisé plusieurs générations de spectateurs. Même si beaucoup le savent, on peut toutefois signaler la présence à l'écran de l'alors minot Jean-Philippe Smet.

      • Lundi 14 Mai à 15:42

        Oui, c'est vraiment un chef-d'oeuvre. J'aime particulièrement la toute dernière scène qui donne une touche très surnaturelle à l'histoire.

        L'unique scène où apparait le très jeune Jean-Philippe Smet fait partie de la "légende" de ce film, comme l'histoire mainte fois racontée que le personnage joué par Vanel servit de modèle pour 'l'inspecteur Columbo' ou que Clouzot fut dictatorial envers ses acteurs, et particulièrement envers son épouse Véra (qui mourra d'ailleurs d'une crise cardiaque quelques années plus tard, je crois).

    2
    Kinskiklaus
    Lundi 14 Mai à 21:29

    Et on se demande toujours comment le remake américain de ce chef-d'oeuvre aboutit à une bouse.

      • Lundi 14 Mai à 21:49

        Je n'ai pas vu ce remake, et, très franchement, je n'ai pas envie de le voir.

    3
    Daniel
    Mercredi 16 Mai à 22:22

    Mais moi j' ai vu le remake. !!bad Ceci est mon commentaire et ça fait quelques secondes de ma vie qui sont gâchées ...dur !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :