• Harrison Ford

    De Han à Indy...

    Harrison FordNé le 13 juillet 1942 à Chicago, d'un père directeur publicitaire et d'une mère qui fût comédienne à la radio avant de se consacrer au foyer, le jeune Harrison a fait des études moyennes, mais il intègre une faculté du Wisconsin sous la pression de ses parents, afin d'étudier la litterature anglaise et la philosophie. Devant des résultats catastrophiques, il prend la decision d'opter en troisième année pour l'art dramatique, et, après avoir appris qu'il ne sera pas diplômé (en raison d'absences fréquentes), il part s'installer à Hollywood avec une condisciple, Mary Marquardt, qui deviendra sa première épouse.

    Harrison Ford écume les agences de casting et se fait embaucher par la Columbia qui lui propose des petits rôles dans des séries TV. Son premier rôle au cinéma (non crédité) sera dans Un truand face à James Coburn ; il faut attendre  le troisième film, La Poursuite des tuniques bleues, pour qu'il apparaîsse sous le nom de "Harrison J. Ford" (le "J" pour le différencier d'un acteur du cinéma muet).

    Après avoir simulé la folie pour ne pas partir au Viet Nam, Harrison Ford commence à critiquer la pauvreté des scénarios et l'indigence des rôles qu'on lui propose, s'attirant les foudres du studio Columbia qui finira par rompre son contrat.

    Engagé par Universal Pictures, il obtient de petits rôles dans Le Virginien ou L'Homme de fer, mais notre jeune acteur, lassé d'attendre, apprend le metier de charpentier pour subvenir aux besoins de sa femme et de son fils Benjamin.

    Il n'abandonne pas ses rêves toutefois, continuant à trouver de petits rôles au cinéma (Zabriskie Point - 1970) ou à la télévision (Sur la piste du crime - 1969, Gunsmoke - 1972).

    A la même époque, Harrison Ford se lie d'amitié avec Fred Roos, directeur de casting chez Universal, qui lui présente un jeune réalisateur, George Lucas, qui l'embauche comme...charpentier pour effectuer des travaux chez lui, avant de lui confier le rôle de Bob Alafa dans American Graffiti.

    Bien que ce film connaisse le succès, Ford n'abandonne pas ses outils de charpentier, mais sa motivation pour enfin percer au cinéma redouble d'intensité. C'est en faisant des travaux chez Lucas, qu'il se retrouve à donner la réplique à des acteurs qui viennent tenter le rôle d'Han Solo pour le prochain film du réalisateur : La Guerre des Etoiles. C'est finalement lui que Lucas choisira.

    Le film connaîtra un succès mondial, devenantHarrison Ford le maitre-étalon de la culture "geek" en devenir et Harrison fera partie du casting des deux suites : L'Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi. Lors du tournage du deuxième opus, l'acteur est engagé par Steven Spielberg pour son prochain film, un hommage aux "serials" de sa jeunesse : Les Aventuriers de l'Arche perdue, produit par Lucas.

    Au départ, Lucas refusait de voir Ford dans le personnage d'Indiana Jones : il ne voulait pas qu'il devienne son "Robert de Niro" en réference au lien qui unit l'acteur à Martin Scorcese. Il lui préférait Tom Selleck, mais celui ci se tourna vers la TV. Sous la pression de Spielberg, le producteur finit par accepter et à sa sortie en 1981, Les Aventuriers... connaîtra un succès phénoménal, dû en grande partie au charisme de Ford, qui a sû apporter à son personnage un mélange de virilité et de timidité.

    Cette fois, Harrison Ford est devenu une star : le deuxième film de la franchise, Indiana Jones et le temple maudit, obtient le même succès, malgré un scénario plus sombre et une actrice principale (Kate Capshaw) particulièrement crispante. En 1988 débute le tournage du troisième volet Indiana Jones et la dernière croisade. Renouant avec les thèmes du premier (quête "biblique", méchants nazis, humour et aventures) le film est remarquable par la relation entre le héros et son père, incarné par Sean Connery, qui établit une "filiation" cinématographique entre Indiana et James Bond.

    Dès 1994, un quatrième volet est évoqué, mais les emplois du temps respectifs de Spielberg, Lucas et Ford repousseront l'échéance jusqu'en 2007.

    Car Harrison Ford est entre temps devenu un acteur "bankable", et les années 80 seront prolifiques pour lui : Blade Runner (Ridley Scott) en 1982, Witness (Peter Weir) en 1985, Frantic (Roman Polanski) en 1988...Il poursuit sur sa lancée dans les années 90 avec, entre autres, un thriller politique : Jeux de guerre (Philip Noyce, 92), le remake d'une série TV à succès des seventies : Le Fugitif (Andrew Davis, 1993), et joue même un président des Etats unis déjouant héroïquement les plans de terroristes dans Air Force One (Wolfgang Petersen, 1997). Au sujet de ce dernier film, le rôle était prévu pour Kevin Costner, qui, ne pouvant pas se libérer aux dates prévues pour le tournage, proposa lui-même le nom de Harrison Ford aux producteurs...

    En 2000, l'acteur joue son premier rôle de "méchant" dans Apparences de Robert Zemekis, un film-hommage à Alfred Hitchckock. Après quelques échecs (K-19, Le piège des profondeurs ou Firewall), Harrison reprends le fouet et le chapeau pour Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal, qui arrive au sommet du box-office malgré un scénario bourré d'invraisemblances et une vedette ayant depuis longtemps passé l'âge des cascades.

    Après avoir joué un rôle de présentateur TV sur le retour dans Morning Glory (2010), Harrison Ford partage la vedette avec Daniel Craig dans Cowboys et envahisseurs (Jon Favreau, 2011). Récemment, il a repris les commandes du "Faucon Millénium" dans les deux derniers films de la saga Star Wars produits par Disney...Tandis qu'on parle d'un cinquième Indiana Jones !

    Mes films préférés :Harrison Ford

    - American Graffiti

    - Star Wars (ep 1, 2 et 3)

    - Les Aventuriers de l'Arche Perdue

    - Witness

    - Working Girl

    - Indiana Jones et la dernière croisade

    - A propos d'Henry

    - Le Fugitif

    - Air Force One

    - Apparences

     

      

      

    « Ray, créateur de créaturesDes buildings en flamme... »

  • Commentaires

    1
    Evy
    Mardi 6 Janvier 2015 à 08:57

    Harrison Ford a été mon grand amour d'adolescente ! Malheureusement, je crois bien qu'un Indy 5 est en chantier, je me demande encore pourquoi je suis allée voir le 4ème, c'est terrible ces réalisateurs et ces acteurs qui épuisent ainsi une "franchise".

    2
    Mardi 6 Janvier 2015 à 09:07

    Moi aussi j'ai été fan d'Harrison. Ce qui m'a "refroidie", c'est le quatrième Indiana Jones, celui de trop bad.

    Le voir vieilli dans Expendables 3 a été un choc pour moi, et je frémis à l'idée de le revoir dans Star Wars 7 et dans Indiana Jones 5...frown

    3
    Evy
    Mardi 6 Janvier 2015 à 09:39

    Et moi donc !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :