• Terence Young (1915-1994)

    Le premier à filmer James Bond.

    Terence Young (1915-1994)Shaun Terence Young nait le 20 juin 1915 à Shangaï où son père fait partie de la police municipale de la ville, mais il poursuit ses études en Angleterre, notamment à l'Université de Cambridge.

    Il débute dans le milieu du cinéma à l'âge de 21 ans en tant que script aux studios d'Elstree. Il devient scénariste pour le réalisateur Brian Desmond Hurst, notamment sur les films On the Night of The Fire (1939), Call For Arms (1939), Dangerous Moonlight (1941) et le documentaire A Letter from Ulster (1942).

    Terence Young signe également des scénarios pour Harold French (Secret Mission - 1942) et collabore avec Clive Brooks sur le film On Approval (1944).

    C'est à cette époque qu'il se lie d'amitié avec Laurence Olivier, qui lui proposera de réaliser le film Henry V (1944) mais Young refuse ; l'acteur le mettra en scène lui-même.

    Durant la Seconde Guerre Mondiale, il entre dans le régiment des Irish Guards en tant que pilote de tank. Il participera à l'opération "Market Garden" pour libérer la ville d'Arnhem aux Pays-Bas. Pour la petite histoire, c'est dans cette ville que vivait à l'époque la jeune Audrey Hepburn.

    Une fois la paix revenue, Young signe le scénario de Theirs is the Glory qui traite de cette opération militaire. Le film sera réalisé par son ami Hurst.

    Terence Young (1915-1994)Le tout premier film de Terence Young en tant que réalisateur est L'Étrange rendez-vous (1948) qui marquera par ailleurs les débuts à l'écran de Christopher Lee. Suivront la comédie musicale One Night with You (1948), la comédie sentimentale Les Ennemis amoureux (1949) et le film de guerre Trois des chars d'assaut (1950) dont il écrivit le scénario en s'inspirant de ses souvenirs de guerre.

    Il écrit et réalise ensuite La Vallée des aigles (1951), un thriller d'espionnage, puis il met en images le film de guerre Les Bérets rouges (1954) avec Alan Ladd. Ce film est produit par la société "Warwick Films" qui appartient à Irving Allen et Albert R. Broccoli. Ce dernier aura un rôle à jouer dans la carrière du jeune réalisateur par la suite...

    Terence Young s'essaie au film historique avec La Princesse d'Eboli (1955) avec Olivia de Havilland, Les Quatre plumes blanches (1955) avec Anthony Steele et Laurence Harvey, tourne le film d'aventure Safari (1956) avec Victor Mature et Janeth Leigh, puis réemploie Mature dans Zarak (1957) aux côtés d'Anita Ekberg.

    Le réalisateur britannique est ensuite embauché par la M.G.M. pour tourner Au bord du volcan (1957) dans lequel joue un jeune acteur écossais, Sean Connery.

    Il enchaine avec La Brigade des bérets noirs (1958) avec Victor Mature, Serious Charge (1959) avec Cliff Richard, La Blonde et les nus de Soho (1960) avec Jane Mansfield, Duel of Champions (1961) avec Alan Ladd.

    Terence Young (1915-1994)Entre temps, Albert Broccoli a quitté les productions "Warwick" et s'est trouvé un nouvel associé, Harry Saltzman, avec qui il souhaite produire des films basés sur les romans d'espionnage écrits par Ian Flemming. Il contacte Terence Young et lui propose de réaliser le premier opus : James Bond 007 contre Dr No. C'est Young qui à son tour proposera Sean Connery pour le personnage du flegmatique espion.

    Dès sa sortie en 1962, Dr No devient un succès international, et sera suivit par Bons baisers de Russie (1963). Terence Young mettra en scène un troisième opus, Opération Tonnerre, qui sortira en 1965.

    D'autres films de genres divers jalonnent la carrière du réalisateur : Les Aventures amoureuses de Moll Flanders (1965) est une comédie historique avec Kim Novak, le film d'espionnage  Guerre secrète (1965) réunit Henry Fonda et Robert Ryan et Opération Opium (1966) met en vedette Yul Brynner. Il réalise le film de guerre Triple Cross (1966) avec Christopher Plummer et Romy Schneider, et Peytol le boucannier (1967) avec Anthony Quinn.

    Sur le tournage du thriller Seule dans la nuit (1967) Terence Young discute avec Audrey Hepburn de la bataille d'Anhem que tout deux vécurent en direct, le réalisateur disant qu'il avait en quelque sorte "contribué à sauver la vie d'une future star de cinéma."

    Terence Young (1915-1994)Il met ensuite en scène le drame historique Mayerling (1968) avec Omar Sharif et Catherine Deneuve, puis réunit William Holden et Bourvil pour une histoire déchirante se déroulant en France, L'Arbre de Noël (1969).

    Au début des années 70, il contribue à la consolidation du vedettariat de Charles Bronson avec trois films : De la part des copains (1970), film de gangster sur un scénario de Richard Matheson, Soleil rouge (1971), coproduction franco-japonaise avec Alain Delon et Toshiro Mifune, et Cosa Nostra (1972) qui "surfe" sur le succès du film Le Parrain.

    Après avoir tourné Les Amazones (1974), Terence Young réalise L'Homme du clan (1974) avec Lee Marvin et Richard Burton. Il commence le tournage de Jackpot en 1974, avec Richard Burton, James Coburn et Charlotte Rampling, mais le film sera inachevé.

    Il co-réalise avec Po-Chih Leong un film d'action, Woo Fook (1977) puis s'attelle au tournage de Liés par le sang (1979), thriller avec Audrey Hepburn, Ben Gazzara et James Mason.

    Young met en scène Inchon (1981), contant une bataille décisive de la Guerre de Corée, avec Laurence Olivier et Jacqueline Bisset, retrouve l'ambiance "espionnage" avec La Taupe (1983) dont Michael Caine et Laurence Olivier se partagent la vedette.

    Son dernier film, Marathon (1988), est un drame sportif avec David Carradine et Lauren Hutton.

    Terence Young décède le 7 septembre 1994 d'une crise cardiaque alors qu'il tourne un documentaire sur Cannes.

     

    « Si Versailles m'était conté... (1954)102 ans ! »

  • Commentaires

    1
    FJWalk
    Mardi 4 Décembre 2018 à 11:47

    Un médiocre réalisateur, mais avec un vrai flair pour choisir ses projets et ses comédiens. Ce qui n’est déjà pas négligeable ! Sa fin de carrière est désastreuse et étonnante vu les succès accumulés auparavant. 

    2
    Mercredi 5 Décembre 2018 à 17:13

    Je n'ai toujours pas osé regarder "L'Homme du clan"... 'L'Arbre de Noël", je l'ai vu très jeune, il m'a pas mal marqué... : dois-je le revoir un jour ? La patine du temps l'a-t-il "embelli" ?

      • Mercredi 5 Décembre 2018 à 17:29

        Comme toi, Lemmy, j'ai vu L'Arbre de Noël quand j'étais très jeune et il m'avait marquée. Je tenterai bien de le revoir un jour, que la patine du temps l'ait "embelli" ou non.

    3
    Mercredi 5 Décembre 2018 à 18:50

    Traumatisant, ce film !

    4
    FJWalk
    Mercredi 5 Décembre 2018 à 20:03

    « L’HOMME DU CLAN » n’est pas un film de Terence Young. Il a juste repris en route le projet de Sam Fuller. C’est en fait le film de personne ! Mais Marvin et le final valent le coup d’oeil...

      • Mercredi 5 Décembre 2018 à 20:19

        J'ai le dvd depuis un moment, il trône au milieu de la pile maudite des "A voir".

        C'est bien dans ce film où le réal devait trouver un moyen de filmer Burton couché en faisant croire qu'il est debout, du fait de l'éthylisme forcené de celui-ci.

    5
    Jeudi 6 Décembre 2018 à 09:33

    Ses James Bond ont beaucoup de charme et restituent le parfum d'une époque, Soleil Rouge reste un bon divertissement. Pour le reste je n'ai jamais été fan de Terence Young. 

    6
    FJWalk
    Jeudi 6 Décembre 2018 à 10:33

    Je ne connaissais pas cette anecdote sur Burton.

    Mais sur ce même film, il est arrivé livide sur le tournage de la scène finale et Young avait trouvé que la maquilleuse avait forcé la dose ! À la fin de la première prise, il crie « Coupez ! » et... Burton ne s’est pas relevé. Il était dans le coma et a dû être transporté d’urgence à l’hôpital. J’imagine le chaos qu’a été ce tournage...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :