• Rivière sans retour

    Sometime it's peacefull, sometime wild and free...

    Rivière sans retourMatt Calder (Robert Mitchum) arrive dans un camp de mineurs afin de récupérer son fils Mark (Tommy Retting). Il y fait la connaissance de Kay (Marilyn Monroe), une chanteuse de saloon qui a pris l'enfant sous son aile.

    Quelques jours plus tard, alors que père et fils s'activent dans la ferme que Matt possède près de la Riivière sans retour, ils viennent au secours d'un couple en difficulté sur un radeau. Il s'agit de Kay et son compagnon Harry Weston (Rory Calhoum).

    Harry désire faire enregistrer une concession gagnée malhonnêtement aux cartes, et n'hésite pas à assommer Matt pour lui voler son fusil et son cheval, seuls moyens d'échapper aux Indiens qui rodent...

    Rivière sans retour (1954) est le seul western réalisé par Otto Preminger, spécialiste du film noir. Et c'est bien avec les ingrédients du film noir que se construit ce film : on ne sait rien du héros au début, sinon qu'il a semble-t-il abandonné sa famille durant de longues années. Ce n'est qu'au détour d'un dialogue qu'on apprend que Matt a purgé une peine de prison pour avoir tué un homme, et qu'il souhaite tirer un trait sur ce passé pour renouer avec son fils qui est quasiment un inconnu pour lui.

    De même Kay et Harry rêvent de quitter leurs vies misérables, mais chacun à sa façon de voir les choses : la jeune femme a un sens de l'honneur exacerbé, la poussant à rester seule avec un homme et un jeune garçon dans une région hostile, alors que le "gambler" est un arriviste pour qui la fin justifie les moyens.

    Les Indiens ne sont qu'un prétexte, le vrai danger étant la fameuse rivière, métaphore de la vie : "sometime it's peacefull, sometime wild and free" chante Marilyn dans la chanson-titre. Et effectivement, nous avons des moments de calme relatif, puis des passages de rapides laissant nos personnages exténués.

    Rivière sans retour"Je suis venu christianiser les Indiens, mais les Blancs ont plus besoin de moi" dit le pasteur que Matt rencontre au début du film. Et, effectivement, seule la loi du plus fort semble prévaloir dans les deux seuls endroits "civilisés" présentés dans   l'histoire : ainsi, le crétin qui s'amuse à tirer sur les seaux que porte l'enfant, ou les villageois qui, après avoir assisté au duel final, reprennent leurs activités en laissant les trois personnages principaux seuls.

    Est-ce pour cette raison que Kay, littéralement enlevée par Matt, accepte de repartir avec lui et le gosse, abandonnant symboliquement ses chaussures à talon, seule richesse en sa possession ?

     

     

    Rivière sans retour

     

     

    « Bronson et Caine, prêts pour le French Cancan !Otto Preminger (1905-1986) »

  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Août 2015 à 12:49

    J'adore ce film.

    2
    Daniel
    Lundi 24 Août 2015 à 15:02

    Pareil. Une vraie idée de génie de réunir Monroe et Mitchum dans un western. Malgré tout Preminger et Monroe ont fait ce film contre leurs volontés liés par un contrat a la société de production. Le facétieux Mitchum s était toujours vanté d avoir exécuter toutes les cascades du film et ce n est que bien des années plus tard que l on apprit que c était faux  .....ah légende quand tu nous tient ! Sinon un des meilleurs roles de Marilyn Monroe jamais aussi meilleure que lorsqu elle est  dirigée par un grand réalisateur qui n était pas fasciné par sa grande beauté ce qui n est arrivé que trop rarement malheureusement.....en meme temps je les comprends ...ah oui je les comprends très bien !yes 

    3
    Lundi 24 Août 2015 à 15:50

    Je trouve que Marilyn est plutôt bonne dans ce film, même si elle n'est pas - n'a jamais été ? - une grande actrice.

    Sur le Net j'ai trouvé un article sur Rivière sans retour où il était dit que Preminger ne s'est jamais plaint directement de l'actrice, mais de sa "coach", la même qui fit tourner Billy Wilder en bourrique sur Certains l'aiment chaud...

    Pour moi, Marilyn était très mal entourée car trop peu sure d'elle-même.

    Quoi qu'il en soit, Rivière sans retour est un excellent western.

    4
    Mardi 25 Août 2015 à 04:12

    Val, pour défendre Marilyn, qui ne serait pas une grande actrice, " Les misfits", quand même ! C'est du bon jeu.

    5
    Mardi 25 Août 2015 à 10:42

    Il faudrait que je revoie The Misfits un jour ; effectivement, Marilyn y est formidable dans mes souvenirs.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :