• Rita Hayworth (1918- 1987)

    Gilda forever...

    Rita HayworthNée Margarita Carmen Cansino le 17 octobre 1918, à New York ; son père, Eduardo Cansino, est un célèbre danseur d'origine sévilane. Sa mère, Volga Haworth, était une danseuse des "Ziegfield Follies", d'origine irlandaise.

    Dès ses quatre ans, la petite Margerita fait partie de la troupe familliale des "Dancing Cansino" avec son père et sa tante. Avec l'arrivée du cinéma parlant, le music-hall est en perte de vitesse. Eduardo descend à Los Angeles avec sa famille, persuadé de sa réussite dans les comédies musicales. Il fonde en 1929 une école de danse où sa fille se perfectionne : dès l'âge de 12 ans elle devient professionnelle.

    Pendant la Grande Depression, Eduardo reprend ses anciens numéros à travers le pays, accompagné par Margerita, âgée à l'époque de 13 ans ; leur succès sera innouï, avec plus de vingt représentations par semaine. Il y a malheureusement l'envers du décors : Eduardo est un père dénaturé, alcoolique et violent.

    C'est Winfield Sheenhan, vice-président de la Fox, qui remarque l'adolescente de 15 ans lors d'un passage à Tijuana. Les bouts d'essais qu'il lui fait passer sont plus que concluants et Sheenhan lui fait signer un contrat, à condition qu'elle change son prénom en "Rita" et qu'elle prenne des cours de maintient et de diction. La jeune actrice débute dans un court-métrage, puis dans L'Enfer (1935) avec Spencer Tracy.

    Malheureusement, lorsque la Fox fusionne avec la 20th Century Pictures, le nouveau patron, Darryl F. Zannuck, renvoie Sheenhan et libère Rita de son contrat. Elle rencontre alors un certain Edward C. Judson, qu'elle épouse à l'âge de 19 ans, et qui lui trouve des contrats pour des séries B.

    Présentée par son mari-pygmalion à Harry Cohn, directeur de la Columbia, elle y signe un contrat de 7 ans sous le nom de Rita Hayworth. Dans Seuls les anges ont des ailes d'Howard Hawks, en 1939, elle se fait remarquer du public masculin, ce que note Cohn qui va en faire la première star du studio...tout en la poursuivant de ses assiduités.

    Il la "prête" néanmoins à d'autres studios : ainsi, Rita Hayworth tourne Suzanne et ses idées pour la MGM, Srawberry Blonde pour la Warner, et surtout Arènes Sanglantes pour la 20th Century Fox (1941) où éclate son style "Femme Fatale".

    Devenue "Déesse de l'Amour", l'actrice devient également avec Betty Grable l'une des premières "Pin-Up" des G.I. pendant la Seconde Guerre Mondiale.

    Rita Hayworth tourne deux films musicaux avec Fred Astaire : L'Amour vient en dansant (1941) et Ô toi ma charmante en 1942, année où elle divorce d'un Judson devenu jaloux et violent. On prête à l'actrice des liaisons avec ses partenaires à l'écran : Victor Mature, David Niven...ainsi qu'avec l'exentrique Howard Hughes.

    Le 7 septembre 1943, elle épouse Orson Welles et tourne La Reine de Broadway de Charles Vidor avec Gene Kelly ; ce film la fera connaître dans le monde entier. Après la naissance de sa fille Rebecca, Rita tourne Gilda (1946), marquant durablement les ésprits pour son rôle-titre hautement érotiqe.

    Le couple Hayworth-Welles bat de l'aile, et Orson offre à sa femme, en guise de cadeau de rupture, La Dame de Shangaï en 1948. Le film connaîtra un échec cuisant, mais deviendra un classique avec le temps.Rita Hayworth

    En 1948 toujours, la rousse actrice se rend en Europe et rencontre à Cannes, lors d'une réception, le Prince Ali Agha Khan. Divorçant d'Orson Welles le 1er décembre de cette même année, elle épouse le Prince le 27 mai 1949 à Vallauris. Ils auront une fille, Yasmin, mais le couple se séparera en 1953.

    Revenue à Hollywood en 1952, Rita Hayworth reprend le chemin des studios pour L'Affaire de Trinidad, censé réitérer le succès de Gilda, puis Salomé, un film biblique, et La Belle du Pacifique, remake de Sadie Thompson, d'après S. Maugham.

    En 1957, elle tourne L'Enfer des tropiques avec R. Mitchum puis La Blonde ou la Rousse avec Frank Sinatra et Kim Novak. Les années 60 marquent le début de la fin pour Rita Hayworth, dont les déboires conjugaux (elle sera mariée 5 fois au total) et l'alcoolisme influent sur son physique. Les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer apparaîssent, mais à l'époque, ils sont confondus avec des "désordres dûs à la boisson".

    L'actrice joue dans Le Plus grand cirque du monde (1964) avec John Wayne, puis Sur la route de Salina de Georges Lautner en 1971. Son ami Mitchum la fait engager dans ce qui sera son ultime film en 1972, La colère de Dieu, alors que son esprit est rongé par la maladie.

    En 1981, Rita Hayworth est placée sous la tutelle de sa fille Yasmin, et décède le 14 mai 1987 à New York.

     

     

     

    « A propos des 7 mercenaires...Assurance sur la mort »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :