• Rio Conchos (1964)

    Histoires de vengeances.

    Rio Conchos (1964)Lors d'une cérémonie mortuaire, des Apaches sont tués par un homme blanc. James Lasseter (Richard Boone) entreprend ainsi une croisade haineuse à l'encontre des Indiens qui assassinèrent sa femme et sa fille un an plus tôt.

    Peu après, il est arrêté par le capitaine Haven (Stuart Whitman) qui s'intéresse de près au fusil de Lasseter. En effet, cette carabine à répétition faisait partie d'un stock volé à l'armée. C'est un certain colonel Pardee (Edmund O'Brien) qui a dérobé les armes pour les donner aux Apaches en échange d'or, afin de venger par le sang la reddition du Sud.

    Haven parvient à convaincre son supérieur qu'il suffit d'appâter Pardee avec un chariot de poudre à canon, pour parvenir jusqu'à son repaire et tenter de reprendre les fusils, sinon les détruire. Lorsqu'il apprend que le chef Apache en affaire avec le colonel n'est autre que le responsable de la mort des siens, Lasseter accepte d'accompagner le capitaine et son sergent (Jim Brown).

    Un bandit mexicain, Rodriguez (Anthony Franciosa), ami de Lasseter, se joint au groupe pour échapper à la potence.

    Rio Conchos de Gordon Douglas est un western qui aborde le thème de la vengeance culminant avec le face à face entre Lasseter et le chef 'Chemise Rouge' (Rodolfo Acosta), celui-là même qui tua sa femme et sa fille. L'Apache lui sert un discours parlant de ses propres enfants massacrés par les Blancs et dit en substance qu'ils sont "frères dans la haine".

    Rio Conchos (1964)Dans le même genre d'idée, le colonel Pardee est détruit par la défaite et prépare une guerre indienne pour assouvir sa vengeance. Son "palais" sur le Rio Conchos, façade "colonniale" ouverte sur les collines arides, est symbolique de la folie qui le ronge.

    Ainsi, sous le couvert de la violence typique du genre, nous avons un discours sur la "loi du Talion" qui est intelligemment présenté.

    Notons aussi le personnage de la jeune indienne (Wende Warner), qui ne sort de son mutisme que pour dire des phrases en apache. Ses expressions et ses gestes sont par contre très éloquents. Une belle idée qui évacue toute forme de romantisme dans un film qui n'en a nullement besoin.

    Rio Conchos (1964)Rempli d'images fortes (l'attaque des bandits mexicains, le bébé découvert dans la ferme détruite, la scène de torture finale), Rio Conchos est un très bon western où il n'y a en fin de compte ni "bons" ni "méchants", seulement des hommes qui se vengent ou obéissent aux ordres. Comme dans la réalité, quoi !

     

     

     

     

     

    Note : fait amusant, sur la jaquette du DVD, le réalisateur Gordon Douglas se voit nommé... Douglas Grodon !

     

    « Guy (2018)Le Passage du canyon (1946) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :