• Quand Philippe Setbon parle de Bronson.

    Des anecdotes... et un T-Shirt noir !

     

    Bientôt sur Ana'Blog...De la part des copains n'est pas, à mon avis, le meilleur film de Charles Bronson. Ce n'est pas le pire non plus, d'ailleurs. Mais il s'inscrit dans la période de "vedettariat européen" de l'acteur et, de ce fait, il est intéressant à plus d'un titre.

    D'abord, c'est l'un des premiers "vehicules" pour notre moustachu. Avant cela, bien sûr, il avait déjà tenu la vedette de certains films comme Mitrallette Kelly. Mais là, nous avons affaire à un véritable "show" : son T-shirt noir moulant son corps d'athlète, il exhibe ses biceps parcourus de veines avec décontraction et assure dans les scènes d'action.

    Ensuite, il a pris avec le temps une valeur de "film-culte" pour les fans européens de l'acteur.

    Enfin il fut le premier film que Bronson tourna sous la direction de Terrence Young (avec qui il fera ensuite Soleil rouge, autre "film-culte", et Cosa Nostra). Le réalisateur anglais, spécialiste de l'univers de James Bond, était réputé pour être affable et courtois, contrepoint étonnant avec un Bronson super-star qui ne saluait jamais personne sur un plateau de cinéma !

    Le Studio Canal vient d'éditer le "combo DVD/Blu-ray" de ce film, sous son titre original (Cold Sweat), dans une collection appelée "Make My Day" (!) et assaisonné de bonus bien sympathiques, dont une analyse de Philippe Setbon, auteur du bouquin "Bronson" qui fut longtemps l'une de mes seules sources d'infos sur l'acteur.

    L'intervention de Ph. Setbon est fort intéressante, d'abord parce qu'elle souligne que Bronson est un "lien" entre les acteurs issus de la "working class" des années 50 (Marvin, Borgnine, etc.) et ceux des années 80/90. Ce petit documentaire est riche en anecdotes - certaines tirées du livre de Michael Winner - mais d'autres glanées auprès d'acteurs et de techniciens ayant travaillé avec Bronson et que Setbon devenu réalisateur a côtoyé.

    Nous apprenons ainsi que l'acteur avait l'habitude, avant chaque scène de bagarre, de nettoyer les lieux, traquant la moindre épingle ou escarbille de bois qui pourrait le blesser, l'une de ses phrases-fétiches étant "Un acteur qui perd un oeil est fini."

    Philippe Setbon indique également que beaucoup d'acteurs des années 80 et 90 ont une profonde admiration pour Charles Bronson. C'est le cas de Mickey Rourke et de... Christophe Lambert !

    En fin d'interview, Setbon dit qu'il eut l'opportunité de rencontrer Bronson dans les années 80, mais qu'il renonça de peur d'être déçu par celui qui fut l'un de ses acteurs favoris.

    La majorité des anecdotes relatées par l'auteur de "Bronson" sont connue depuis longtemps des fans, mais il en est une qui m'a amusée : Philippe Setbon a découvert Charles Bronson lorsque, adolescent, il vit pour la première fois De la part des copains, et, selon ses propres mots, ce qui l'impressionna le plus furent son T-Shirt noir et ses biceps énormes !

    « Gina LollobrigidaSudden Impact - Le Retour de l'inspecteur Harry (1983) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Septembre à 13:19

    Magnifique ! Je n'ai pas encore vu ce bonus, je m'en réjouis d'avance !

      • Mercredi 4 Septembre à 14:53

        À un moment, Philippe Setbon dit qu'il devrait faire une édition "revue et augmentée" de son livre sur Bronson... j'espère qu'il le fera un jour.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :