• Olivia de Havilland

    Pas seulement Lady Marian ou Melanie...

    Olivia de HavillandOlivia Mary de Havilland nait le 1er juillet 1916 à Tokyo, fille de l'avocat Walter de Havilland et de l'actrice Lillian Fontaine. Sa soeur cadette, Joan, sera aussi actrice.

    Après le divorce de ses parents, Olivia, Joan et leur mère quittent le Japon et s'installent à Saratoga en Californie. Après ses études, elle se destine à l'enseignement, mais elle va débuter en 1935 dans le film Alibi Ike de Roy Enright, et la même année, elle fait partie de la distribution de la pièce Le Songe d'une nuit dété qui se joue au Hollywood Bowl.

    C'est également en 1935 qu'elle va devenir la partenaire d'Errol Flynn dans Capitaine Blood de Michael Curtiz. Le réalisateur en fera son actrice-fétiche, et lui fera partager l'affiche de l'acteur tasmanien dans de nombreux films, dont les westerns La Charge de la brigade légère (1936) et La Piste de Santa Fe (1940), ainsi que dans Les Aventures de Robin des bois (1938).

    L'un des rôles les plus emblématiques de l'actrice est celui de 'Melanie Wilkes' dans Autant en emporte le vent (1939) de Victor Fleming. Pour cette prestation, elle est nominée pour l'Oscar de la meilleur actrice dans un second rôle.

    Olivia de HavillandEn 1941, Olivia de Havilland est naturalisée américaine. Un an après, elle est en compétition avec sa soeur Joan Fontaine pour l'Oscar du meilleur rôle féminin : c'est Joan qui obtient la statuette pour le film Soupçon d'Alfred Hitchcock. Lors de la cérémonie, la cadette va délibérément ignorer sa soeur ainée qui cherche à la féliciter. Cet incident, témoignage public des problèmes relationnels entre les deux femmes, va définitivement les éloigner l'une de l'autre.

    Mais Olivia a d'autres chats à fouetter : nous sommes dans les années 40, et depuis toujours les acteurs "appartiennent" aux studios qui les obligent à accepter les rôles qui leurs sont proposés, sous peine de voir leurs contrats suspendus. Quelques temps auparavant, Bette Davis avait tenté -en vain - de faire changer cela. Olivia va relever le gant à son tour, et, lasse des personnages de "demoiselles en détresse" qu'on lui fait souvent jouer, va intenter un procès contre Warner.

    Elle va le gagner, et la jurisprudence permettra aux acteurs de choisir plus librement leurs rôles, contraignant les studios à restreindre leurs pouvoirs.

    L'actrice va dès lors choisir des personnages plus riches, et se lancer dans des défis personnels, comme interpréter une femme atteinte d'un désordre mental dans La Fosse aux serpents (1948).

    Entre temps, elle épouse en 1946 le romancier américain Marcus Goodrich, dont elle aura un fils, Benjamin (1949-1991) qui deviendra mathématicien. Le couple divorce en 1954.

    Olivia de Havilland refuse le rôle de 'Blanche Dubois' dans Un tramway nommé Désir, puis est nominée aux Golden Globes pour Ma cousine Rachel (1952) ; elle est ensuite dirigée par Terence Young dans La Princesse d'Éboli et par Stanley Kramer dans Pour que vivent les hommes.

    Elle abandonne peu à peu le grand écran, n'apparaissant que dans Une femme en cage et dans Chut, chut... chère Charlotte en 1964. Elle est la première femme à présider le jury du Festival de Cannes en 1965. La même année, elle joue dans la série télévisée La Grande vallée.

    Plus tard, elle revient au petit écran dans des téléfilms (L'Enterrée vive - 72, Un meurtre est-il    facile ? - 82, Anastasia, le mystère d'Anna - 1986) ou dans les miniséries Racine : les nouvelles générations (1979) et Nord et Sud 2 (86), sans oublier un épisode de l'incontournable série La Croisière s'amuse (81).

    Elle se marie en seconde noce avec le journaliste Pierre Galante en 1955. Ils auront une fille, Gisèle, en 1956, avant de divorcer en 1979.

    Installée depuis 1953 à Paris, Olivia de Havilland planche sur une autobiographie. En 2003, elle préside la 75ème cérémonie des Oscars, et participe au documentaire Melanie Remembers consacré au 65ème anniversaire d'Autant en emporte le vent.

    Le 9 septembre 2010, elle reçoit la Légion d'honneur et, invitée à la cérémonie des Césars 2011, elle est accueillie par une "standing ovation".

    Venant de fêter son centenaire, Olivia de Havilland est l'une des dernières légendes hollywoodiennes.

    Olivia de Havilland

     

     

     

     

    « Adieu, Michael CiminoAdieu, Roger Dumas »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :