• Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)

    Gloubiboulga

    Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)Nicky Larson (Philippe Lacheau), détective privé, est contacté par un certain Dominique Lettelier (Didier Bourdon), qui lui demande de veiller sur "Le parfum de Cupidon" : comme son nom l'indique, la fragrance rend fou d'amour tout individu qui le respire.

    Lors du rendez-vous, et pour convaincre notre héros de la puissance du produit, Lettelier s'en asperge et le fait sentir à Nicky qui tombe amoureux de lui. Heureusement, un antidote est proposé, qui doit être administré dans les deux jours suivants.

    Mais la mallette contenant l'échantillon est volée, et Nicky va avoir 48 heures pour la retrouver...

    Nicky Larson est une série-culte pour tous ceux qui ont grandis avec le "Club Dorothée". Adaptée d'un manga de Tsukasa Hojo, cette comédie policière met en scène un détective privé/tueur à gages hors pair, dont le seul défaut est une attirance irrépressible pour les femmes.

    Lorsque Philippe Lachaud a fait savoir qu'il comptait faire un film autour du personnage, les fans ont réagit immédiatement, entre septiscisme et inquiétude. J'avoue que moi-même, qui adore le manga original, je n'étais pas très rassurée (voir mes posts ici, et ici).

    Résolue tout d'abord à ne pas voir ce film, j'ai entendu et lu ici et là des critiques relativement positives émanant souvent de fans du manga, ce qui m'a intriguée. J'ai donc changé d'avis, acheté le DVD et je vous donne ici le résultat de mon visionnage :

    Et bien.... je suis partagée : si j'ai retrouvé l'ambiance "Nicky Larson" que j'aime, si j'ai apprécié les clin d'œil aux fans de manga et d'animation japonaise, si j'ai souris en voyant Dorothée en hôtesse d'aéroport et en entendant sa réplique sur "les chaussettes rouges et jaunes à petits pois", l'ensemble m'a paru assez "bancal".

    L'attirance du héros pour le beau sexe est plutôt bien amenée, et l'ambigüité de la relation entre 'Nicky' et sa partenaire 'Laura' (Élodie Fontan), "fil rouge" du manga et de la série originels, est bien retranscrite dans cette bobine.

    Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)Néanmoins, certains gags m'ont fait sortir du film, notamment les élucubrations de Tarik Bourali et Julien Arruti, qui arrivent souvent comme un cheveu sur la soupe.

    Que dire aussi des apparitions d'Audrey Lamy en épouse grande gueule, de Chantal Ladessou en belle-mère obsédée sexuelle et surtout de Pamela Anderson dont on se demande ce qu'elle fait là !

    Notons toutefois deux "cameo" sympathiques pour les fans : Vincent Ropion (voix française de 'Nicky') dans un rôle de journaliste nommé 'Lavoix" (!) et Jean-Paul Césari, interprète du générique, et qui apparait ici en chanteur dans une soirée huppée.

    Le combat final se perd dans une action échevelée ponctuée par les conneries des deux "neuneux" de service, et l'ultime rebondissement concernant l'un des personnages principaux est, à mon avis, très mal mené. Dommage, bien dommage...

    Pour résumer, je dirais que Nicky Larson et le parfum de Cupidon est un film un peu "gloubiboulga", entre l'hommage sincère et la lourdeur d'une comédie française. Et il se chuchote qu'une suite serait prévue, nantie d'un "cross-over" avec Cat's Eye, l'autre manga-culte d'Hojo...

    Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)

     

    « Adieu, Annie CordyAdieu, Diana Rigg. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Septembre à 08:02

    Je l'ai vu. Je ne me souviens de rien. Je ne l'ai même pas chroniqué. Merci de me rafraîchir la mémoire. 

    2
    Jeudi 10 Septembre à 14:02

    J'ai bien peur de très vite oublier ce film moi aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :