• Monsieur Klein

    Deux images de la France durant l'occupation ?

    Monsieur KleinParis, 1942. Robert Klein (Alain Delon) est un négociant en art qui achète à bas prix les biens que des gens - généralement des juifs - revendent.

    Un jour, il trouve sur le pas de sa porte un exemplaire du journal "Les Nouvelles juives" à son nom, dont la distribution ne se fait que par abonnement. Il va alors se plaindre au responsable du journal, puis à la préfecture, sans se rendre compte que cela va avoir des répercutions sur sa vie et son destin...

    Quel film que ce Mr Klein, de Joseph Losey (1976) ! Nous assistons en parallèle à une descente aux enfers d'un homme égoïste et à la préparation de la fameuse "rafle du Vel'd'Hiv", les deux événements se rencontreront de manière dramatique et terriblement ironique.

    Delon incarne donc cet homme qui traverse la guerre uniquement préoccupé de son confort, de son argent, des soirées avec des amis que l'on devine du même monde (et du même égoïsme) que lui. L'arrivée du journal va bouleverser ses convictions, et l'amener à douter de ses origines.

    Pourquoi enquête-t-il d'ailleurs lui-même sur ce mystérieux homonyme ? Je pense que c'est en grande partie par désoeuvrement, et en partie pour se prouver à lui-même qu'il n'est pas juif. Le personnage, à mes yeux tout au moins, n'est pas antisémite. C'est un opportuniste, un jouisseur qui s'ennuie. Qui profite des circonstances sans état-d'âme. Il représente une partie de la France qui se laisse porter par les événements et va découvrir "l'autre France", celle persécutée, celle qui combat.  Car apparemment, "l'autre Monsieur Klein" n'est pas seulement juif, il est aussi résistant.

    Monsieur Klein

     

     

    Qui a entrainé Monsieur Klein dans cet univers kafkaïen, et surtout pourquoi ? Est-ce "L'autre Monsieur Klein" ? Est-ce par vengeance ? Par envie ? Par Jalousie ? Pour se protéger lui-même ? J'ai crû à un moment à un "coup monté" par les amis du héros pour s'approprier ses biens, mais apparemment ce n'est pas le cas.

    Je n'ai pas compris non plus le pourquoi de la séquence ou Robert Klein se rend dans le château, ni le rôle joué par Jeanne Moreau. On a l'impression d'une scène échappée d'un autre film, et je n'ai pas réussis à la rattacher au reste du long-métrage.

    Autour de Delon et Moreau, d'excellents acteurs comme Michael Lonsdale et Louis Seigner, respectivement ami et père du héros, Suzanne Flon  en concierge de "l'autre Klein" et Juliet Berto.

    Mr Klein est une fable sur l'égoïsme et ce à quoi il peut mener lors des périodes difficiles de l'histoire. La dernière image, ironique, met sur le même plan le riche profiteur et son client juif (Jean Bouise) dans ce que l'on devine être un destin commun et tragique, image d'une humanité jetée toute entière en enfer.

     

    Monsieur Klein

     

     

    « Traitement de chocJean Bouise (1929-1989) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :