• Maurice Jarre (1924-2009)

    Il a su transmettre le lyrisme de David Lean.

    Maurice JarreNé le 13 septembre 1924 à Lyon, Maurice Jarre est timbalier de profession lorsqu'il débute dans la compagnie Renaud-Barrault en 1946 en duo avec Pierre Boulez. Mais il va rapidement composer des musiques originales pour le théâtre.

    De 1951 à 1963, il devient directeur musical du TNP et de ce fait écrit des musiques pour les représentations théâtrales lors du Festival d'Avignon.

    On lui doit des compositions pour Lorenzaccio, Macbeth, Le Prince de Hombourg, Don Juan...

    C'est dans les années cinquante que le musicien est sollicité pour l'illustration musicale de courts-métrages de Georges Franju, Jacques Demy ou Alain Resnais entre autres. Son premier travail sur un long-métrage est pour La Tête contre les murs de Franju.

    Sa carrière de compositeur de film commenceMaurice Jarre vraiment dans les années 60, lorsqu'il signe le score de Lawrence d'Arabie de David Lean. Le réalisateur et le compositeur se retrouveront à plusieurs reprises, notament pour Docteur Jivago et La Route des Indes ; Maurice Jarre obtiendra un Oscar pour chacun de ses trois films.

    A son actif également, les partitions de Paris brûle-t-il ? (66), Les Damnés (69), Jésus de Nazareth (77), Shogun (80), mais aussi Witness (85), Le Cercle des poètes disparus (89) ou Ghost (90).

    Le compositeur français à obtenu, outre les Oscars déjà cités, quatre Golden Globes, un César d'honneur et un British Academy Award. En 2009, il se voit remettre un Ours d'Or au Festival du film de Berlin. Ce sera son ultime récompense.

    Décédé d'un cancer le 28 mars 2009 à Los Angeles, Maurice Jarre est l'un des rares artistes français à avoir son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

     

    « Adieu Édouard MolinaroHappy Birthday, David ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :