• Marie Dubois (1937-2014)

    Truffaut, Verneuil, Sautet et les autres...

    Marie DuboisClaudine Huzé est née le 12 janvier 1937 à Paris. Après des cours d'art dramatique à l'école de la Rue-Blanche, elle monte sur les planches et débute à la télévision dans les émissions La Caméra explore le temps et Les 5 dernières minutes.

    Elle est repérée par François Truffaut qui l'engage pour Tirez sur le pianiste (1960) et lui trouve son pseudonyme, Marie Dubois, en référence à un poème de Jacques Audiberti. C'est lors de ce premier tournage que l'actrice, âgée de 23 ans,  ressent les premiers symptômes de la sclérose en plaques. Mais elle fait fi de la maladie et continue sa carrière : on la retrouve dans la mouvance de la "Nouvelle vague" avec Godard (Une femme est une femme) ou Truffaut (Jules et Jim).

    Mais elle tourne aussi pour Georges Lautner (Le Monocle noir), Henri Verneuil (Week-end à Zuydcoote) ou Gilles Grangier (L'Âge ingrat). Dans Les Grandes gueules de Robert Enrico elle côtoie Lino Ventura et Bourvil, partenaire qu'elle retrouvera un an plus tard pour La Grande vadrouille.

    Marie Dubois épouse en 1961 l'acteur Serge Rousseau et le couple aura une fille, Dominique.

    Marie DuboisDevant les caméras de Louis Malle, elle retrouve Jean-Paul Belmondo dans Le Voleur, puis partage l'affiche du film Ce sacré grand-père avec Michel Simon. Elle fait partie de la production internationale de Ken Annakin, Gonflés à bloc, avec ses partenaires de La Grande Vadrouille, Bourvil et Terry-Thomas.

    En 1972, Marie Dubois obtient le prix d'interprétation de l'Académie Nationale du Cinéma pour son rôle dans Les Arpenteurs de Michel Soutter. Deux ans plus tard, elle est au casting de Vincent, François, Paul et les autres de Claude Sautet.

    L'actrice reçoit le César du meilleur second rôle féminin pour La Menace (1977) d'Alain Corneau. Après ce tournage, elle subit sa seconde attaque de sclérose en plaques, ce qui l'oblige à ralentir ses activités ; on la voit dans Mon oncle d'Amérique, L'Ami de Vincent, Garçon ! ou Les Caprices d'un fleuve.

    En 2001, elle participe à un film de campagne contre la maladie qui l'a atteint,  réalisé par Alain Corneau. Le 3 novembre 2007, son mari décède. Marie Dubois disparait à son tour le 15 octobre 2014 dans une maison de retraite près de Pau.

    Marie DuboisMarie Dubois

     

    « Je vous souhaite un bon week-end, les amis !Légende et réalité de Charles Bronson »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :