• Louis Jourdan - Le dernier french Lover d'Hollywood.

    Un français  à "Tinseltown".

    Louis Jourdan - Le dernier french Lover d'Hollywood.Le nom de Louis Jourdan ne m'évoque qu'un épisode de Columbo et les très, très vagues souvenirs du premier des "James Bond" que j'ai vu dans ma vie. C'est dire si l'acteur était quasiment un inconnu pour moi !

    Pourtant, il y a deux ou trois ans, j'ai eu la curiosité de me procurer ce livre, écrit par Olivier Minne. Se composant d'une série d'entretiens de l'auteur avec Jourdan, l'ouvrage évoque brièvement l'enfance dorée de ce fils d'hôtelier marseillais, ses débuts au cinéma à l'aube de la Seconde Guerre Mondiale, son départ pour Hollywood et son statut de "French Lover" de l'autre côté de l'Atlantique.

    Le tout entrecoupé de scènes de la vie quotidienne des Jourdan dans leur maison de Maybrook Drive (Beverly Hills), les colères de Berthe, l'épouse de Louis, surnommée "Quique", à l'encontre des deux aides-ménagères, les discussions autour d'une tasse de thé et d'un gâteau au chocolat (rituel immuable), sans oublier les visites de Joanna Shimkus-Poitier, la dernière personne apparemment a venir voir l'acteur vieillissant.

    Mais le plus intéressant dans ce bouquin, c'est la description du "star-system" américain, la façon dont une vedette était "formatée", lancée et utilisée comme un objet de luxe.  Ainsi, nous apprenons qu'à peine débarqué à Hollywood, Louis Jourdan se voit attribuer dans les journaux le titre de  "Plus beau regard du monde" alors qu'il n'a pas encore tourné un seul film aux U.S.A !

    Dans le même temps, nous assistons au déclin de ce système, sclérosé et vieillot, qui subit les désirs de liberté des acteurs devenant producteurs, les rachats de contrats, l'envie des "créatures" d'échapper enfin aux "créateurs" que sont les studios. Jourdan, devenu spectateur de cette fin de règne, comprendra très vite que le Hollywood de ses rêves n'est qu'une machine qui broie et digère sans pitié tout individu qui s'y frotte.

    L'acteur lui-même est intéressant par son érudition, sa culture et son goût pour la musique et la peinture, mais force est de constater que ses interactions avec ses "collègues de travail" nous laisse sur la faim en lisant ce livre : tous ce que l'on en apprend, c'est que James Dean était un "trou du c**" et que Doris Day avait des vues sur notre "French Lover" !

    Pourtant, il a eu des amis, en France et aux États-Unis : Claude Dauphin, Bernard Blier, les époux Douglas, David O. Selznic... mais apparemment, il n'a pas entretenu ces amitiés, préférant visiblement passer du temps à lire et écouter de la musique plutôt que de fréquenter les "parties" et les premières de films.

    Disparu le 14 février 2015 (le jour des amoureux), le "French Lover" a ainsi emporté des tonnes d'anecdotes et d'histoires sur le cinéma, Hollywood, le "star-system" et sa vie. On sent en lisant ce livre qu'Olivier Minne avait pour cet homme égoïste, reclus dans sa villa de Beverly Hills un mélange de respect et d'agacement. Louis Jourdan fut-il un vieux sage ou un vieil imbécile ?

    C'était surtout, à mon avis, un homme gâté par la Nature et par le Destin, qui a réalisé son rêve, en a payé le prix (la mort de son fils unique) et a finit par attendre la fin au milieu de ses livres et de ses disques. Quelque part, il fait penser au personnage de 'Candide', qui, après une vie aventureuse, finit par cultiver son jardin loin du monde et de ses folies.

    Louis Jourdan - Le dernier french Lover d'Hollywood.

     

     

    Louis Jourdan - Le dernier French Lover d'Hollywood - Olivier Minne - édition Seguier.

    « Adieu, Juliette GrécoLa Belle équipe (1936) »

  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Octobre à 18:21

    J'ai toujours bien aimé Jourdan, même si je suis plus cow-boy que french-lover, complètement oublié en France et qui était pourtant le Français d'Hollywood, mais son temps était terminé depuis longtemps. Cette biographie me fait de l'oeil depuis un moment. Il était également ami jusque dans ses dernières années avec Kirk Douglas, je crois.

    2
    Lundi 5 Octobre à 19:47
    Effectivement, on croise les époux Douglas dans ce livre, ainsi que Johanna Shimkus, qui venait régulièrement voir les Jourdan.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :