• Les Mongols (1961)

    Jack Palance, fils de Gengis Khan...

    Les Mongols (1961)1240. Les mongols déferlent sur la Pologne. À leur tête, Ogodaï (Jack Palance), fils de Gengis Khan. Alors que tous les seigneurs polonais veulent prendre les armes, Stéphane de Cracovie (Franco Silva) propose de convaincre Gengis Khan (Ronaldo Lupi) de faire la paix.

    Capturé par Ogodaï, il est sauvé par Igor (Pierre Cressoy), chef de la résistance polonaise, et tombe amoureux de la jolie Amina (Antonella Lualdi), sa fiancée...

    De son côté, Ogodaï, plus ou moins manipulé par Huluna (Anita Ekberg), son esclave/amante/mauvais génie, ne reculera devant aucune bassesse ni aucune trahison pour parvenir à ses fins.

    Les Mongols est réalisé par André De Toth et Leopoldo Savona. Cette co-production franco-italienne naïve et pleine d'aventures dignes d'une BD aurait pû être oubliable s'il n'y avait Jack Palance...

    Tout en sourires carnassiers et en grimaces, roulant des yeux fous et faisant preuve d'une vitalité et d'une énergie quasi animale, il crève l'écran et ne fait qu'une bouchée du héros, ersatz de Tony Curtis sans  charisme.

    Les Mongols (1961)Il forme avec Anita Ekberg un couple "SM" fascinant, et il n'est pas étonnant que leur deux noms partagent le haut de l'affiche, chose rare pour les "méchants".

    Tourné en Yougoslavie, avec des figurants grimés en mongols et bénéficiant d'une action plutôt correcte mais sans plus, Les Mongols fait agréablement passer le temps sur près de deux heures.

     

     

     

    Les Mongols (1961)

    « Adieu, Jean-Claude BrisseauAdieu, José Terròn »

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Mai à 07:48

    Je suis super content que tu continues de découvrir Jack Palance, un de mes acteurs préférés. Il a une belle filmographie et tu dénicheras des films avec lui, de guerre, westerns et autres, où il amène toujours quelque chose. 

      • Lundi 13 Mai à 11:27

        C'est vrai que je ne connais pas tellement la filmographie de Jack Palance, hormis Attaque ! (un chef-d'oeuvre), Les Collines de la terreur et quelques films de la fin de sa carrière, notamment Batman, Sister Act  et La Vie, l'amour, les vaches.

        Il faudra que je me penche sérieusement sur lui un de ces quatre...

         

    2
    Vendredi 17 Mai à 17:40

    Il a, par exemple, un petit, mais beau rôle, dans Bagdad Café, film qui a très bien marché, et franchement, il est excellent. 

      • Vendredi 17 Mai à 17:55

        Comment ai-je pu oublier Bagdad Café ?

        La première fois que j'ai vu ce film, je l'ai trouvé "tarte". Et puis à l'occasion d'un deuxième visionnage, j'ai apprécié sa poésie particulière. Et, effectivement, Jack Palance y est formidable.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :