• Le western, entre stéréotype et légende.

    Le miroir de l'Amérique.

    Le western, entre stéréotype et légende.Je viens de lire un très intéressant dossier intitulé "Le Western, quelle(s) histoire(s) !" sur le site DVD CLASSIK (lien ici) .

    Réalisé par Franck Viale, il explique ce qu'est le western et parle des spécificités du genre, loin de la simplification qu'en font la plupart des gens.

    L'auteur, après une synthèse de l'Histoire de l'Amérique - afin de positionner historiquement le western - s'attaque ensuite à ses stéréotypes, rappelant par exemple que le cowboy n'était dans la réalité qu'un meneur de bétail et que la femme des westerns est un reflet de l'américaine moderne et libérée.

    Il explique également que, dès le début du genre, certains films ont été très respectueux de l'image de l'Indien (sans être pro-indien pour autant). Il démontre que les westerns avec John Wayne, que les détracteurs qualifient souvent de "réactionnaires", sont plus subtiles que cela et que si anachronismes il y a -notamment dans les armes à feu, l'habillement ou les décors - ils ne sont là que pour donner une "personnalité" au genre, comme lorsque, dans un film se passant dans l'Antiquité Égyptienne, on se doit de faire au moins un plan sur les pyramides.

    Il parle aussi du caractère protéiforme du western, qui se mâtine de film noir dans les années 50, parfois d'horreur ou d'érotisme dans les années 70 de la libération des moeurs.

    Autre passage intéressant de l'article, l'influence des peintres "western" sur les réalisateurs : Ford, Hawks ou Hathaway doivent beaucoup à des artistes comme Frederic Remington ou Charles Russell.

    On ne peux échapper à l'analyse de L'Homme qui tua Liberty Valance, exemple-type de l'ambivalence entre la réalité et la légende. Mais il en est donné un autre niveau de compréhension, symbolisé par le titre original : The Man Who Shot Liberty Valance peut se traduire par "L'homme qui filma Liberty Valance", donc, Ford lui-même, devenu un cinéaste-historien parlant de la fin de l'Ouest sauvage...

    Un article que j'ai apprécié énormément, et qui m'encourage à continuer ma rubrique "Légendes et réalité de l'Ouest" à la manière d'un colon défrichant cet espace immense de la Frontière.

     

    « Omar Sy, Chocolat en février.Tonnerre apache »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :