• Le saloon

    Lieu de débauche...et de civilisation !

    Le saloonLe saloon désigne un lieu tenant à la fois du bar, de la salle de jeu et de l'hôtel, dans les villes de l'Ouest américain du XIXè siècle. C'est évidement devenu dans les westerns un point central de l'action, un lieu symbolique, souvent opposé à l'église.

    Lieu de perdition en effet : c'est dans le saloon que les prostituées aguichent le client, que les joueurs entament des parties de poker, que l'alcool coule à flot.

    Très souvent dans les westerns, c'est dans le saloon-hôtel que vit la "mauvaise fille" (High Noon, Gunfight at OK Corral), c'est là que démarre l'action (Rio Bravo), là que souvent le héros fait la connaissance du "vilain".

    Je n'ai pas trouvé beaucoup de renseignements sur le saloon tel qu'il était dans la réalité, mais vu que les ligues antialcooliques et les associations chrétiennes en avaient fait leur "bête noire", il y a fort à parier que la réalité ne devait pas être très loin de la fiction westernienne ! Il ne faut pas oublier d'ailleurs que les villes de l'Ouest étaient fondées souvent par des chercheurs d'or, des cowboys ou des mineurs, des hommes célibataires et loin de toute civilisation.

    Le saloon n'est pas seulement un lieu de perdition : il sert aussi de lieu de réunion "citoyennes" comme les élections ou même de tribunal, à l'instar de l'établissement de l'autoproclamé "juge" Roy Bean.

    Dans le western, le saloon est souvent le décors de bagarres, spectaculaires et même comiques, un peu comme les combats à l'épée dans les auberges des films d'André Hunebelle : les tables, les chaises, et bien entendu l'indispensable miroir derrière le bar paient un lourd tribut à la turbulance de ces grands enfants que sont nos cowboys !

    A noter que le tenancier est presque toujLe saloonours un ami du héros, et, comme le barman d'aujourd'hui, il fait preuve d'une certaine philosophie de la vie ; mais il faut dire qu'à force de payer son énnième miroir, il y a de quoi ! Parfois, le saloon de western est tenu par une femme, souvent pivot central d'un triangle amoureux.

    Avant de clore ce post, une petite question : pourquoi les portes de saloon ont-elles cette forme si étrange ? Pour ma part, je dirait que c'est pour deux raisons : d'abord, ces lieux devaient être "enfumés" continuellement et ne devaient pas sentir la rose. Ensuite, le gars bien imbibé d'alcool devait pouvoir sortir de l'établissement facilement...ou s'en faire sortir sans avoir à traverser une porte pleine !

      

    « Très loin dans le passé...Cher Père-Noël... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Décembre 2012 à 17:37

    Les portes à battants permettent de voir le bas et le haut de celui, ou ceux, qui arrivent, on peut, du comptoir, les surveiller et cela facilite l'envoi vers le sol à coups de peids au..c des indésirables.( En tout cas, c'est mon interprétation j'ignore si ce sont les vrais raisons historiques.)

     

    2
    Mardi 4 Décembre 2012 à 18:07

    Très bonne explication, cher Valcogne ! Surtout que beaucoup de "bad guys" avaient besoin de voir qui allait entrer dans le saloon...

    3
    Kinskiklaus
    Mardi 4 Décembre 2012 à 23:35

    Très bel article VAL, félicitations! Comme j'aurai aimé connaitre ces saloons. Et j'en suis réduis, pauvre de moi, à ne fréquenter les portes à battants qu'à la mer de sable et au Buffalo Grill. Misère...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :