• Le Réseau Mirabelle - Opération Boomerang.

    Une déception... prévisible ?

    Le Réseau Mirabelle - Opération Boomerang.Je vous en avais parlé récemment : une BD mettant en scène Bronson, Marvin et Wayne aux côtés de Jean Lefebvre, c'était tentant pour moi.

    Je me suis donc acheté "Le Réseau Mirabelle - Opération Boomerang", de Philippe Chanoinat et Philippe Loirat.

    Petit résumé : Juin 1943. Les alliés apprennent qu'Adolf Hitler va rendre visite à Klaus Barbare, chef de la Gestapo lyonnaise. L'occasion est trop belle : le général Edwards (John Wayne) décide d'envoyer un commando de quatre hommes, de véritables "têtes brûlées" qui ont tous fait leurs preuves dans le dégommage d'individus plus ou moins mal intentionnés. Pour les appuyer, le Réseau Sherwood, implanté en France, est le meilleur possible. Seulement, au même moment, Barbare et son adjoint le français Alphonse Lafiente (joli nom !) commencent à démanteler le réseau en question.

    Non loin de là, dans le petit village de Cruchon-sur-Cotivet, deux "bras cassés", Gaston Berthier (alias Lefebvre) et Henri Morel (Jesse Hanes), ont monté le Réseau Mirabelle, dont ils sont les seuls représentants. Suite à une maladresse de Berthier, le chef du réseau Sherwood (Sean Connery) parvient à s'échapper et décide de joindre les deux acolytes à l'opération.

    J'avoue que je n'attendais pas grand-chose de cette BD, et je n'ai pas été déçue de ce côté-là. S'il est amusant de retrouver les gueules de Bronson, Marvin, Van Cleef et Eastwood (ils composent le fameux commando-suicide), si c'est tout aussi marrant de retrouver au détour d'une case Johnny Hallyday, Gérard Depardieu, Sean Connery ou John Wayne, l'ensemble est plutôt fade.

    Et puis, j'avoue avoir été dérangée par le fait que Berthier descendre de sang froid des soldats allemands. C'est comme une faute de goût, le piétinement de mes souvenirs d'enfance. Lefebvre, pour moi, c'est celui qui reçoit les baffes, pas celui qui plombe les méchants !

    Les références aux 12 salopards étaient nécessaires, mais quand-même : finir sur une attaque de château, ça frise le plagiat !

    Reste ça et là des hommages et des clins d'oeil : ainsi le nom de Van Cleef dans l'histoire est "Britt Adams", tandis que le patronyme d'Eastwood est 'Cooper'. Quant au caveau de la famille "Volfoni", il cache l'entrée d'un passage secret ! Mais tout cela ne suffit pas à faire une bonne histoire.

    Donc, je ne recommanderai pas l'achat d'un tel bouquin, à moins d'attendre qu'il ne finisse en solderie. Et encore, ce serait juste pour se délecter des caricatures d'acteurs célèbres, ce qui n'est pas forcément une bonne excuse...

    Le Réseau Mirabelle - Opération Boomerang.

    « Une BD pour les lecteurs d'Ana'Blog ?Adieu, Robert Hirsch. »

  • Commentaires

    1
    Kinskiklaus
    Mercredi 15 Novembre 2017 à 18:36

    Si les caricatures sont réussies mais qu'effectivement, le scénario ne suit pas, je préfère garder mes sous.

      • Mercredi 15 Novembre 2017 à 18:46

        Oui, franchement, il y a des achats plus intéressants.

    2
    Mercredi 15 Novembre 2017 à 19:33

    La mirabelle ne fait pas le printemps.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :