• Le Pistolero de la rivière rouge (1967)

    L'Ouest "civilisé".

    Le Pistolero de la rivière rouge (1967)Dan Blaine (Glenn Ford), shérif d'un  petit patelin de l'Ouest, a laissé derrière lui son passé de bandit, n'utilisant la violence et son revolver qu'en dernier recours.

    L'arrivée de Lot McGuire (Chad Everett), ambitionnant de le battre en duel va réveiller en lui les souvenirs, mais surtout inquiéter sa compagne Lisa (Angie Dickinson), qui ne reculera devant rien pour empêcher son amant de se battre.

    Le Pistoléro de la rivière rouge de Richard Thorpe est un western psychologique qui exploite le thème cent fois rebattu du duel entre le vieux "gunman" et le jeune loup aux dents longues, mais d'une manière intéressante. Le héros va passer une grande partie du film à tenter de convaincre son antagoniste d'abandonner son projet mortifère, ce jeune "coq" arrogant lui rappelant son propre passé de "gunman" ambitieux.

    Autre personnage intéressant, celui de 'Lisa', tenancière de la maison de passes : la scène où, dans l'épicerie, elle feint de ne pas connaitre une de ses anciennes "employées" pour ne pas nuire à la réputation de celle-ci, est excellente, et en dit long sur la mentalité des habitants, plus prompt à pardonner à un ancien bandit qu'à une ex-femme de petite vertue.

    Nous avons aussi Jack Elam en crapule opportuniste, Royal Dano en chef indien alcoolique, et, l'espace d'une scène, nous reconnaissons Kevin Hagen qui deviendra des années plus tard le sympathique docteur de La Petite maison dans la prairie.

    Le Pistolero de la rivière rouge (1967)Ce qui est étonnant et passionnant dans ce film, c'est la personnalité du héros : 'Dan Blaine' n'a rien d'un enragé de la gâchette : on apprend dans le dialogue qu'il fut emprisonné cinq ans suite à un hold-up commis dans sa jeunesse et qu'il y appris à revenir sur le droit chemin.

    Si, dès les premières images, on le voit utiliser son révolver, il est très vite décrit comme un homme posé et pragmatique. Sa relation avec 'Lisa' est tranquille, connue et acceptée de tous. Il a de bons rapports avec les habitants, mais apparemment son seul ami véritable est le vieux loueur de chevaux qui semble en savoir bien long sur lui.

    Si l'image donnée par le jeune 'Set McGuire' est plus conforme à celle que l'on trouve dans un western traditionnel, celle des villageois n'est pas reluisante : au fur et à mesure, on les voit s'intéresser à ce duel en devenir, au point de faire des paris. C'est véritablement ce "goût du sang" qui est dénoncé ici avec habileté.

    Le Pistolero de la rivière rouge est un excellent western dont la fin plutôt amère change agréablement et interroge sur le recours à la violence pour "civiliser" l'Ouest.

    Le Pistolero de la rivière rouge (1967)

    « Le retour de Bronzi !The Lady Eve (1941) »

  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Octobre à 17:50

    J'ai le dvd depuis des années, mais je ne l'ai pas encore vu, malgré ses têtes d'affiche que j'apprécie particulièrement ! Excellente critique !

    2
    Mercredi 9 Octobre à 20:18

    Jamais vu, mais ce que tu en dis m'incite à le découvrir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :