• Le Justicier de New York (1985)

    "Où qu'j'ai mis mon flingue ?"

    Le Justicier de New YorkOn peu dire qu'il n'a pas de pot, ce vieux Paul Kersey ! Alors qu'il revient dans la Grosse Pomme rendre visite à un copain de régiment, il trouve celui-ci mourrant : il a été molésté par une bande de voyous. La police arrête notre héros qui se retrouve en cellule avec Fraker ( Gavan O'Herlihy), chef psychopathe et peinturluré du gang.

    Alors que Fraker est libéré, Kersey est reconnu par le commissaire Shriker (Ed Lauter) comme le légendaire "justicier" et se voit passer un marché : il aide la police à faire le ménage, et celle-ci le laisse tranquille.

    Le Justicier de New York est le préféré de tous les amateurs de cinéma bien bourrin, et c'est vrai qu'a mes yeux c'est un "nanar" jouissif, un épisode de Tex Avery en live, avec des séquences-gag, comme le voyou qui laisse une dent dans un piège concocté par Paul...L'action est tellement cartoonesque que lors de la bagarre finale, on ne serait pas étonné de voir les personnages dérapper hors de la pellicule !

    Mais qu'est-ce que ça fait du bien de voir Paul Kersey devenir le héros du quartier, comme une sorte de "dark knight" sans masque, qui se balade innocement avec un appareil photo en bandouillère et son "Magnum" à la main (je parle de la glace), avant de sortir son autre Magnum (plus dangereux) pour abattre tranquillement le petit malpoli qui lui a arraché son Nikon.

    Le summum, c'est la scène finale, lorsque notre justicier  fait litterallement exploser Fraker avec un lance-roquette. La première fois que j'ai vu ce film, j'ai éclaté de rire à ce final en apothéose en me demandant si Paul Kersey utilisera une bombe A lors du prochain épisode.

    Pour résumer, Le Justicier de New York est une Cannonerie pas piquée des vers et sacrément bonne !

    Anecdote : Charles Bronson n'avait pas aprécié les deux scènes de viol du Justicier dans la ville 2 et avait demandé aux patrons de la Cannon, ainsi qu'à Michael Winner, de ne pas en mettre dans le 3ème volet de la série. Les trois hommes donnèrent leur accord verbalement mais lors du tournage, Winner glissa une scène de viol à l'insue de l'acteur.

    Bronson, furieux, refusa d'assurer la promotion du film et se fâcha définitivement avec Michael WinnerLe Justicier de New York

    « Parlons d'Ana'Blog...Charles Bronson et les...manga ! »

  • Commentaires

    1
    Fred Jay Walk
    Samedi 19 Mai 2012 à 19:36

    Bon... Il faudra que je le revoie un jour celui-là (même si je m'étais promis le contraire). C'est curieux, je n'arrive pas à le trouver amusant ou décalé. Je n'y ai vu qu'une bande de vieux acteurs fatigués, un sujet dévoyé, une mise en scène foutage-de-gueule... Peut-être l'ai-je mal vu ? Dès que j'ai cinq minutes, j'y retourne et je ferai mon rapport sur "WWW" avec peut-être une réhabilitation à la clé ?

    2
    Samedi 19 Mai 2012 à 19:51

    Pour tout dire, la première fois que je l'ai vu, je ne l'ai pas trop aimé. Je l'ai revu une ou deux fois ensuite, et c'est petit à petit que j'ai découvert le côté "Tex Avery"...

    3
    lemmy
    Dimanche 20 Mai 2012 à 22:58

    Film culte ! J'adore ce film. Le premier film de Bronson que j'ai vu au cinéma. Je l'ai vu trois fois !


    Comme j'ai dû l'écrire quelque part sur le blog du west, je me souviens fort bien que Tchernia avait dû montrer dans son émission sur le cinéma un extrait du film car c'était une des sorties de le semaine à venir, et plus exactement la scène ou Paul Kersey déjeune avec des habitants, entend du bruit dehors (des cris de joie assez explicite) autour de sa voiture qu'il avait présentée explicitement comme un appât à voyous, s'excuse dignement, sort, voit deux jeunes types peinturlurés démontant sa bagnole, leur demande ce qu'ils font, eux de répliquer : on pique une bagnole, qu'est ce ça peut te foutre, Kersey de dire : "C'est ma voiture", les types de dire qu'ils vont le crever, Kersey de les tuer sans ciller de coups de feu, puis de remonter terminer son repas.


    Je me souviens particulièrement de la tête consternée de Tchernia après cet extrait assez évocateur et de son seul commentaire : "Pas de commentaire".


    Le jour de la sortie, j'allais au cinéma voir ce Justicier...

    4
    Dimanche 20 Mai 2012 à 23:05

    Pauvre Pierre Tchernia ! J'ai beaucoup de respect pour celui qui fût avec Mitchell celui qui m'a donné envie d'aimer le cinéma, mais il était déjà d'une autre génération...

     

    5
    lemmy
    Dimanche 20 Mai 2012 à 23:10

    Je comprends tout à fait sa réaction, tu sais. Tu imagines Tchernia applaudir à un tel film et au message qu'il "développe" ? ;-)


     

    6
    Dimanche 20 Mai 2012 à 23:13

    Je la comprends aussi ! Mais je crois surtout qu'il était dépassé par les films de cette époque.

    Ceci-dit, c'était un grand ami du cinéma...Je me souviens aussi de lui dans "Bonjour, Monsieur Disney" (ça ne date pas d'hier !=

    7
    lemmy
    Dimanche 20 Mai 2012 à 23:23

    Bon, pour être franc, je sais pas si "Le justicier de New-York", troisième épisode d'une série controversée et entamée en 74, sorti en1985 (!!!) au cinéma avec un acteur principal qui n'était plus dans sa prime jeunesse était un film d'avant-garde du cinéma d'alors ;-) 85 est quand même l'année où "L'année du dragon", "Retour vers le futur" ou... "Ran" sont sortis. Mais je crois que ce film réac, ouvertement outrancier avec un héros sexagénaire dément était pour moi. Je l'aime très fort. 

    8
    Fred Jay Walk
    Lundi 21 Mai 2012 à 10:11

    Lemmy, je vais définitivement revoir ce n°3, en tâchant d'être moins consterné que Tchernia. Mais vu le cinéma défendu et parfois réalisé par ce vénérable monsieur, on comprend que voir le vieux Charley jouer du lance-roquette ait pu le déconcerter...

    9
    Lundi 21 Mai 2012 à 10:51

    Le Justicier de New York est très loin du Viager... 

    Ceci-dit, j'ai une tendresse particulière pour les films de P. Tchernia.

    10
    Fred Jay Walk
    Lundi 21 Mai 2012 à 11:11

    Oui... Un peu poussiéreux-gentillet, quand même...

    11
    Lundi 21 Mai 2012 à 12:04

    Oui, je le reconnaît : j'aime autant Le Viager que Les Tontons Flingueurs !

    Mais bon, j'aime aussi Machete et Aggire, je ne suis donc pas tout à fait irrécupérable !

    12
    lemmy
    Lundi 21 Mai 2012 à 23:57

    Ca tombe bien. On vient de me prêter des films télé fantastiques de Tchernia avec Serrault et Roger Carel !


    Il ne faut pas écouter Fred, un homme qui fait une fixation sur les têtes coupées et les messages crypto-gays peut-il tenir plus de 30 secondes devant Pierre Tchernia ?

    13
    Fred Jay Walk
    Mardi 22 Mai 2012 à 08:37

    Je suis sûr qu'en cherchant bien, on trouverait du crypto-gay en pagaïe dans l'oeuvre de Tchernia, qui ne peut pas être aussi lisse qu'il en a l'air... Tenez-moi au courant et j'ouvrirai une rubrique "LES FILMS DE PIERRE TCHERNIA" dans "WWW". Promis.

    14
    Mardi 22 Mai 2012 à 08:48

    Les films dont tu parles,Lemmy, ce ne sont pas Le Passe-Muraille et La Grâce ? Deux adaptations de Marcel Aymé.

    Oui, Fred, Bonne idée : P. Tchernia cotoyant K. Kinski et Le Flingueur, WWW va entrer dans une autre dimention !!

     

     

    15
    Fred Jay Walk
    Mardi 22 Mai 2012 à 13:41

    Génial ! Du sang nouveau sur "WWW". Il me tarde d'inaugurer la rubrique "LES FILMS DE DANIELLE THOMPSON", après !

    16
    Mercredi 23 Mai 2012 à 08:57

    Et pourquoi pas " Les films de Nicole de Buron" , toute la série des "Angéliques" et "Les films de Denis de la Patellière", comme je disais quelque part les westerns nouveaux se font rares...

    17
    Fred Jay Walk
    Mercredi 23 Mai 2012 à 10:09

    Merci, Valcogne ! Une ère nouvelle s'ouvre sur "WWW" ! Je vais commencer par "LES FILMS DE PHILIPPE CLAIR"... A suivre !

    18
    Mercredi 23 Mai 2012 à 10:15

    J'applaudis à deux mains devant une telle initiative !

    19
    DANIEL
    Jeudi 11 Juin 2015 à 21:44

    Pourquoi presque dix ans entre les deux " Justiciers" ? Tout simplement parce que il y a eu l affaire " Bernard Goetz" a New York. Cet homme agressé dans un métro et étant déçu des réactions de la police ( " j ai passé plus de temps au poste de police que l un de mes agresseurs") , pris son Magnum et finit par tirer sur quatre voyous  selon lui pour se protéger selon les blessés pour aucune raison . Ce fait divers a fait la une des journaux et des médias pendant un temps et a meme changé la loi sur la légitime défense donnant plus de " marge" au citoyen et Goetz fut condamné pour la forme a huit mois de prison puis devint un héros quasi national et depuis ce temps la délinquance a sérieusement diminué a New York. Goetz n a jamais regretté son geste ( " si j avais eu plus de balles , j en aurais abattu d autres ce soir la ) et aujourd hui consacre sa vie a la défense ...des écureuils ...on ne se refait pas . Suite a cette histoire , Winner eut l idée de ressusciter "Le justicier " pour ce film et pour une suite ( qui ne fut jamais tournée , le duo Winner - Bronson s étant embrouillé et sur le tournage ils furent nombreux a s embrouiller avec le réalisateur ) .A noter que l arme imposante que porte Charles Bronson dans le film est son arme personnelle .

    20
    DANIEL
    Jeudi 11 Juin 2015 à 22:14

    J ai pas trouvé le post sur "l ultime combat" donc j en parle ici...Peux t on trouver une excuse a un tel navet ? la réponse est ...oui! Le scénario original était , parait il nettement plus interessant et supervisé par Jack Lee Thompson vieux routard du cinéma mais Golan le trouva trop cher et pour cause ...Charles Bronson demanda la somme de cinq millions de dollars pour le role soit...autant que le budget du film donc forcément on peut comprendre le résultat avec si peu de moyens. Une suite était envisagée ( si...si...) ou Bronson avant de rendre les armes formait son successeur mais la aussi  les différents entre l acteur et le producteur ( ils ne se parlaient pas pendant le tournage ) ont fait que le projet est tombé a l eau...Charles Bronson a donc fini sa carrière au cinéma en encaissant le plus gros salaire de sa vie .....tout en faisant son plus gros bide. Mais pour l ensemble de sa carrière c est largement mérité.

    21
    Jeudi 11 Juin 2015 à 22:22

    Je me souviens de "l'affaire Bernard Goetz". Savoir qu'aujourd'hui il protège les écureuils me laisse perplexe : utilise-t-il son Magnum pour tirer sur les aigles et les belettes ?

    he

    Pour ce qui est de Winner, il s'est en effet fâché avec Bronson pour la raison que j'évoque dans le post, mais aussi avec une actrice qui l'a accusé de l'avoir laissée des heures à demi-nue dans un parking afin de régler les éclairages.(apparemment, il aurait interdit à quiconque - sous peine d'être viré - de lui prêter une couverture ou une veste). L'actrice à porté plainte, mais je ne sais pas comment cela s'est terminé.

    Ainsi, le "Wildey" aurait appartenu à Bronson ?

    Le Justicier : l'ultime combat... Apparemment je ne l'ai pas chroniqué... Peut-être que mon esprit a sciemment oublié ce cinquième et calamiteux dernier "Justicier" de Bronson ? Pourtant, il me semble avoir fait un post dessus... C'est comme si ma mémoire se refusait à évoquer ce film... Amnésie sélective, en quelque sorte.

    sarcastic Euh... Après recherche rapide, il semble bien en effet que je n'ai pas fait de post sur ce film... En tout cas, je n'ai qu'une VHS en vf uniquement et je n'ai pas envie -pour le moment - de me "coltiner" ce pensum.... Mais un jour, j'aurai le courage de le revoir, car c'est mon devoir de rendre compte des films de Bronson, même les pires !

    En tout cas, tout ce que je peux en dire, c'est qu'au départ, ce devait être un film tout à fait différent - et très éloigné de l'univers du "Justicier" : Bronson devait jouer un avocat qui se retrouvait aux prises avec un malfrat. Mais le scénario fur remanié pour intégrer le personnage de Paul Kersey...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :