• Le Dîner de cons (1988)

    Le temps n'y fait rien à l'affaire...

    Le Dîner de cons (1988)Éditeur célèbre, Pierre Brochant (Thierry Lhermite) participe chaque semaine à un "dîner de cons". Sur les conseils d'un ami, il invite François Pignon (Jacques Villeret), employé au Ministère des finances dont le hobby consiste à fabriquer des maquettes en allumettes.

    Mais ce soir-là, Brochant est coincé par un tour de rein. Arrive Pignon, qu'il n'a pas eu le temps de décommander. C'est alors que Christine (Alexandra Vandernoot), l'épouse de Pierre, informe celui-ci par téléphone de son intention de le quitter.

    Plein de bonne volonté, mais doté de l'étrange faculté de cumuler les gaffes, François va proposer à celui qu'il considère déjà comme un ami de l'aider à la reconquérir. Peu à peu, le "con" va détruire la vie de celui qui devait l'humilier...

    Le Dîner de cons a attiré dès sa sortie 9 millions de spectateurs en salles, et cumule les pointes d'audiences à chaque passage à la télévision. Il faut dire aussi que cette comédie signée Francis Veber d'après sa propre pièce de théâtre est une réussite.

    Dès le début du film, Pierre Brochant est décrit comme froid, calculateur et égocentrique, alors que Pignon est chaleureux, généreux et amical. On pourrait même voir là une illustration du fameux "karma" : nos mauvaises actions finissent toujours par nous retomber dessus. Et ceux qui ne croient pas à cette théorie peuvent toujours se dire que, comme chez Molière ou Gérard Oury, le personnage le plus désagréable finit par avoir sa juste punition...

    Autour de Villeret et Lhermitte excellents, nous avons Francis Huster dont le fou-rire devant l'avalanche de catastrophes est jouissif, Daniel Prevost en inspecteur du fisc cynique, Catherine Frot en maîtresse follingue. Tous aussi bons les uns que les autres.

    Le Dîner de cons est assurément un "classique" de la comédie française.

    Le Dîner de cons (1988)Le Dîner de cons (1988)

     

     

     

     

    P.S : j'ai écrit quelque part sur ce blog que je n'appréciais pas tellement Le Dîner de cons, mais force est de constater qu'à chaque visionnage j'aime de plus en plus ce film, appelé à devenir à mes yeux aussi "culte" que Le Père-Noël est une ordure ou Les Tontons flingueurs : seuls les imbéciles ne changent pas d'avis !

     

    « Bon Anniversaire, Bourvil !Robin des bois, prince des voleurs (1991) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :