• Le bon, la brute, le truand : film biblique ?

    Attention, la théorie développée ici est absolument subjective...

    Le bon, la brute, le truand : film biblique ?En regardant Le Bon, la brute, le truand, l'autre jour, je me suis livrée à des réflexions qui sont, je l'avoue, purement personnelles : notre ami Sergio Leone a-t-il donné à son troisième western une dimension religieuse ? Voici ce qui m'a fait penser cela :

    Le chant du coq :

    Au début du film, lorsque Angel Eyes (Lee Van Cleef) vient interroger l'homme sur le dénommé Jackson, devenu Carson, on entend un coq chanter... Cela rappelle l'histoire de Pierre, reniant Jésus au chant du coq.

    Les anges :

    Le surnom de Van Cleef, "Angel Eyes", est pour le moins étrange, d'autant plus qu'il ne s'accorde surtout pas avec le personnage ni avec ses actions ; il y a une autre référence "angélique", dans ce film : lorsque il aperçoit Blondin (Clint Eastwood) qui attend d'intervenir lors de la pendaison de Tuco (Eli Wallach), Angel Eyes murmure "Certains ont des anges blonds qui veillent sur eux". A ce propos, je me suis toujours demandé pourquoi ce surnom de "Blondin".

    Le désert :

    Plus tard, c'est lors d'une traversée du désert (imposée à Blondin par Tuco) que les deux hommes découvrent le fameux "Carson", mourant, qui va leur révéler l'existence du trésor, véritable point de départ du film. Là, à priori, rien de "biblique"... Pourtant, les Saintes Écritures parlent souvent de "révélations" dans le désert, ou du moins dans des lieux désertiques. J'avoue que cette explication est un peu "tirée par les cheveux", alors essayons de trouver d'autres références...

    Judas :

    Lorsque Tuco "coince" son ex-complice Blondin dans la ville assiégée, et alors qu'il s'apprête à le pendre, on entend au loin le son d'un canon. Le mexicain dit alors "Il tonnait aussi quand Judas s'est pendu". Notons que Judas sera aussi évoqué dans Il était une fois dans l'Ouest.

    La Trinité :

    Ce film est le troisième de la "trilogie du dollars" (même si, au fond, il n'a que peu de rapport avec les deux autres), et il n'y a plus un, ni deux, mais trois personnages principaux. D'ailleurs, si l'on réfléchi, c'était le cas dans ... Et pour quelques dollars de plus, puisque El Indio (Gian Maria Volonté) a un rôle suffisamment fouillé pour qu'il ne soit pas qu'un "méchant lambda". Le chiffre trois est très important dans la religion catholique, mais aussi dans la culture gréco-romaine (les 3 Parques) ou nordiques (les Nomes). Vous me direz que ce nombre est également présent dans divers contes et légendes, et qu'il peut symboliser beaucoup de choses... ou rien du tout !

    Bref, au fur et à mesure que j'écris ce post, je suis en train de m'interroger : s'agit-il de ma part d'une théorie "à la Chris" ? Oui, du même genre que celle que j'avais développée sur l'idée que le héros des 7 Mercenaires était en fait la Mort personnifiée ?

    Peut-être est-ce que je passe trop de temps à cogiter devant mon ordinateur... Un bol d'air me ferait du bien, je pense....

    « Adieu, Riz Ortolani...The King of Comedy »

  • Commentaires

    1
    FJWalk
    Dimanche 26 Janvier 2014 à 07:10
    J’ai lu que c’était Eastwood qui avait trouvé le surnom « Angel Eyes » pendant l’enregistrement du doublage en anglais du film, parce qu’il correspondait au « lipping » du nom italien « Sentenza ». Trois syllabes et finissant sur la bouche ouverte « A/Eyes ».
    2
    Mardi 28 Janvier 2014 à 12:01

    Une bonne réflexion qui a le mérite d'ouvrir des pistes inattendues, bravo. Quand Eastwood dépose aimablement Tuco aux pieds du premier Shériff celui ci le traite nommément de "Judas ". Une allusion générale et connue mais biblique, effectivement. Ensuite, où tu as sûrment mis le doigt sur quelque chose, est ce un hasard si l'égaré, le pécheur, va rencontrer son prêtre de frère, très bien joué par Luigi Pistilli, de la rligion encore. Pour ce qui concerne le "Trois"celui ci est utilisé dans bien d'autres cercles: philosophiques, politiques, pratiques, en architecture, par exemple. On ne peut nier aussi que des trois compères Sentenza soit le plus...diabolique. Beaucoup d'indices pour aller dans ton sens. Bravo. 

    3
    Jeloga
    Samedi 11 Octobre 2014 à 08:34

    "Blondin" est l'équivalent de "blond", et c'est en venant vivre dans le sud-est de la France que je me suis aperçu que les gens (surtout les hommes), appelaient "blond" un collègue de boulot, une connaissance avec laquelle on pouvait se permettre ce genre de sarcasme, ceci n'ayant absolument rien à voir avec la couleur de ses cheveux !

    Il était fréquent d'entendre des phrases telles que : "Salut, Blond ! " ou bien "comment vas-tu, Blond ?"

    Il est possible qu'en Italie aussi, ils utilisent ce terme générique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :