• La Grande Vadrouille

    Deux français moyens dans la Guerre.

    La Grande Vadrouille1942. Un avion anglais, de retour de mission sur l'Allemagne, est abattu au-dessus de Paris. L'équipage parvient à sauter en parachute, et trois des hommes, Sir Reginald (Terry-Thomas), Peter Cunningham (Claudio Brock) et Alan MacIntosh (Mike Marshall) vont réussir à échapper aux soldats.

    Si le premier se retrouve dans le bassin aux phoques du zoo de Vincennes, Cunningham atterrit sur l'échafaudage d'Augustin Bouvet (Bourvil), peintre en bâtiment, et McIntosh, après une arrivée sur les toits de l'Opéra de Paris, se réfugie dans la loge de Stanislas Lefort (Louis de Funès), chef d'orchestre.

    Lefort et Bouvet, traqués par les Allemands, ne vont avoir d'autre choix que de conduire les trois Anglais en zone libre afin qu'il rejoignent Londres.

    Vous allez me dire : "Val, c'est facile de faire de La Grande Vadrouille un film culte ! Il l'est pour des millions de Français !" Je répondrai qu'il est peut-être bien l'un des chefs-d'oeuvre de Gérard Oury, qu'il est le premier "buddy movie" à la française, et que son alchimie repose sur le tandem Bourvil/de Funès, déjà en gestation dans Le Corniaud sorti deux ans auparavant.

    La Grande VadrouilleIl y a une autre raison pour laquelle j'aime énormément ce film : Oury a connu la Seconde Guerre Mondiale au travers d'une existence dans la clandestinité. On le sent heureux de ridiculiser l'occupant allemand, sans être dans la caricature grossière. Ainsi, la gestapo n'apparait que dans une scène du film, les Teutons sont représentés dans La Grande Vadrouille comme des soldats empotés, des généraux ronfleurs, des personnages sommes toute humains par leurs défauts.

    Car il s'agit là d'un film sur l'être humain, et sur son aptitude à vivre des aventures qui le dépasse. Les deux héros ne sont pas des Résistants, ni des surhommes. Ce sont des Français pris dans une aventure tragi-comique qui va les révéler à eux-même. Qui plus est, ils représentent par leurs positions sociales deux visages d'une France qui attend le dénouement. Si les aviateurs Anglais n'avaient pas fait irruption dans leurs vies, Stanislas et Auguste auraient continué la vie de millions de Français de cette époque, sans héroïsme ni collaboration.

    La Grande VadrouilleC'est peut-être pour cela que Gérard Oury n'a pas mis de collabo ou de millice dans son film. D'abord, parce que l'histoire aurait pris une tout autre envergure, ensuite il a voulu démontrer que la France occupée n'était ni meilleure ni pire que la France en paix.

    Au delà des scénes devenues cultes, au-delà du jeu des acteurs, La Grande Vadrouille est, comme presque tous les films d'Oury, un film sur l'humain.

     

    La Grande Vadrouille

     

    « Scène culte...Adieu, Giger. »

  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Mai 2014 à 10:17

    C'est un film phénomène, comme "les tontons flingueurs", un peu pour les mêmes raisons : de bonnes idées, des histoires, des acteurs au mieux de leur forme et singuliers voire irremplaçables. Au départ, souvent peu apprécié par la gentry qui fait les carrières, le vulgus pecum, lui, aime de suite ces oeuvres et, bien plus tard, elles convainquent paratiquement tout le monde. Ce sont aussi des oeuvres fédératrices qui rassemblent les gens par le rire et on aimerait en voir plus souvent de ce calibre.

    2
    Mardi 13 Mai 2014 à 17:42

    Gérard Oury, De Funès et Bourvil savaient faire rire avec intelligence. Ils pointaient les travers du "Français moyen" sans que celui-ci n'ai l'impression de se sentir visé : on se moque du voisin irascible (De Funès) ou du cousin un peu trop "bonne poire" (Bourvil) sans se rendre compte que ces défauts sont aussi les nôtres !

    Ce qui manque aujourd'hui dans le cinéma Français, c'est d'aussi bons réalisateurs et acteurs. J'ai l'impression que de nos jours, on amène le rire avec des gros sabots. Je ne pense pas que j'irai voir par exemple Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? qui me parait bien lourd... J'attendrai qu'il passe à la télévision.

    3
    Mardi 13 Mai 2014 à 18:16

    Là encore, beaucoup de pub pour ce film à la télé et un bouche à oreille disant que ce n'est pas terrible...J'aurai tendance à écouter ce dernier.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :