• La Diligence vers l'Ouest

    Microcosme de l'Ouest dans une diligence.

    La Diligence vers l'OuestPour avoir été - bien malgré elle - mêlée à une rixe mortelle, la prostituée Dallas est chassée de la ville de Dry Fork. Elle se retrouve donc dans la diligence en partance pour Cheyenne, en compagnie du Docteur Boone, un jovial médecin alcoolique, du mystérieux gambler Hatfield, d'un représentant en alcools aux allures de pasteur, Mr Peackock, du nerveux banquier Mr Gatewood et de Laurinda Mallory, épouse enceinte d'un capitaine de cavalerie. Sans oublier le truculent conducteur Buck.

    Le shérif Curly se joint au groupe, car il vient d'apprendre que Ringo Kid, un enfant du pays, s'est évadé du pénitencier et qu'il ira sans nul doute à Cheyenne où il a des comptes à régler avec la famille Plummer. Mais ce qu'ignore tout ce petit monde, c'est qu'une troupe d'Apaches Oglala est sur le sentier de la guerre...

    Vous l'aurez deviné en lisant ce résumé, La Diligence vers l'Ouest est le livre qui servit de base pour le film La Chevauchée fantastique, classique du western tourné par John Ford qui fit de John Wayne une star du genre.

    Écrit par Robert W. Krepps, cet ouvrage est un témoin de son temps à bien des égards : la description des "peaux-rouges" et typique de l'époque, tout comme le passage consacré à un personnage asiatique. Comme je sais remettre cela dans le contexte, je ne m'offusque pas d'un tel parti-pris qui n'était que la norme bien avant l'arrivée du "politiquement correct".

    Ce qui m'a parut désagréable à contrario, c'est la violence crue du texte, et ce dès le début : les crânes éclatent sous les tomawaks, les boyaux se répandent lors de rixes aux couteaux, les yeux des guerriers apaches sont arrachés... Accompagnant le tout, un registre de langage qui semble sorti d'un - mauvais - roman policier. J'ignore si ce dernier point vient de la traduction ou du texte original.

    Malgré tout, j'ai retrouvé au fil des pages des scènes du film : l'amitié qui se noue entre le docteur pochtronné et le représentant en liqueurs, l'image - ô combien icônique - de John Wayne surgissant sur le sentier devant la diligence, la silhouette de John Carradine qui transparait dans la description du dénommé Hartfield...

    À propos de 'Ringo Kid', le personnage du livre est incontestablement plus jeune qu'à l'écran, et son attirance pour 'Dallas' sombre peu à peu dans le romantisme à l'eau de rose mâtinée d'une pointe de misogynie - elle aussi typique de son époque !

    Pour résumer, La Diligence vers l'Ouest est un livre soit mal écrit soit mal traduit, malgré cela (ou à cause de cela ?), il m'a donné envie de revoir le classique de Ford.

     

    La Diligence vers l'Ouest - Robert W. Krepps - traduction de Michael Eichelberger.

    Édité par la Librairie des Champs Élysées - collection "Western".

    Date d'édition (France) : 1966.

    « Doris Day (1922-2019)Adieu, Rutger Hauer »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :