• La Dernière caravane

    Parcours initiatique en territoire Indien.

    La Dernière caravaneArizona, 1873. Poursuivi par quatre hommes, "Comanche" Todd (Richard Widmark) en abat trois avant d'être arrêté par le dernier, le shérif Bull Harper (George Matthews).

    Un convoi de chariots mené par le colonel Normand (Douglas Kennedy) croise leur chemin, et Harper décide de se joindre à lui. Très vite, les méthodes brutales de l'homme de loi envers son prisonnier choquent les colons,  en particulier Jenny (Felicia Farr) et son jeune frère Billy (Tommy Retting). Au cours d'une bagarre, Todd tue son geolier.

    Peu après, en pleine nuit, le convoi est attaqué par les Apaches sur le sentier de la guerre. Seuls survivants, Todd, Jenny , Billy, les deux filles du colonel et deux jeunes hommes. Le petit groupe va devoir traverser le "Canyon de la Mort" en essayant d'éviter de croiser les Indiens...

    Pour moi, La Dernière caravane (1956) est un classique du western : derrière le traditionnel scénario de la traversée du territoire où rôdent des Indiens belliqueux, nous avons une étude de caractère passionnante servie par Delmer Dave.

    Le héros, un blanc élevé par les Comanches, est un pragmatique qui semble au début du film aussi dangereux que le prétend le shérif. Mais derrière cette description, il y a un drame, qui ne sera dévoilé qu'à la fin. Individualiste, il va pourtant devoir aider et protéger ce petit groupe composé de deux jeunes "blanc-becs", deux demi-soeurs qui se détestent (l'une d'elle étant métisse), ainsi qu'une jeune femme partie à l'Ouest pour y retrouver un fiancé "par correspondance".

    La Dernière caravaneAu fil de l'aventure, chacun de ces jeunes gens va changer, évoluer, et au final grandir. La plus belle scène du film est le moment où Jenny, persuadée que le groupe sera massacré bientôt, rejoint Todd au sommet d'une colline d'où il surveille les feux des Indiens. Un grand et beau moment de cinéma.

    Au final, la petite troupe parviendra à destination, et Todd aura même l'occasion de déjouer une ultime attaque indienne avant d'être traduit en justice pour ses meurtres.

    La quasi totalité du film se déroule en extérieurs, dans les paysages grandioses de l'Arizona. Seule la séquence finale du tribunal est tournée en studio. D'ailleurs, elle est tellement "conventionnelle" et limite "gnan-gnan" (chacun des jeunes gens sauvés par Todd demande sa libération) qu'on la croirait sortie d'un épisode de "La Petite maison dans la prairie" !

    Hormis cette unique faute de goût, La Dernière caravane est un chef-d'oeuvre. L'un des plus beaux films de Delmer Dave, réalisateur humaniste.

     La Dernière caravane

     

    « Deux infos sur SlyFelicia Farr »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :