• L'Épée du vaillant (1984)

    "Parce qu'il le vaut bien" (slogan de circonstance).

    L'Épée du vaillant (1984)Ce soir-là dans son château, le roi (Trevor Howard) se désole de voir ses preux chevaliers plus aptes à faire ripaille qu'à se lancer dans des quêtes. C'est alors qu'arrive le mystérieux Chevalier Vert (Sean Connery), qui propose à l'homme le plus courageux de lui couper la tête.

    Le seul à relever le défi est un écuyer, Gawain (Miles O'Keeffe). Ce sera pour le jeune homme le début d'une aventure magique...

    Dès les premières images de L'Épée du vaillant de Stephen Weeks, on se sent une irrésistible envie de rire, en premier lieu à cause de la coiffure du héros. Connery n'est pas en  reste : arborant une crinière impressionnante, revêtu d'une armure montrant son ventre poilu, auréolé d'une lumière verte (oui, il y a des effets spéciaux), il nous offre un spectacle étonnant.

    Autour d'O'Keeffe quasiment inexpressif et de Connery en mode "arbre de Noël", une distribution plutôt prestigieuse : Trevor Howard déjà cité, Cyrielle Claire dans le rôle de la jeune fille en détresse dont s'éprend le héros chevelu, Peter Cushing en sénéchal chaffoin... Que diable allaient-ils faire dans cette galère ? (il faut bien payer ses impôts, diront certains...).

    L'action est plutôt mollassonne avec des combats à l'épée aussi palpitants qu'une partie du jeu vidéo "Pong", des personnages totalement inutiles, des bourdes scénaristiques trop nombreuses pour être répertoriées  et des péripéties qui s'enchainent sans vraiment de fil conducteur. Nous avons aussi des références aux classiques, comme l'anneau qui rend invisible (merci, Monsieur Tolkien), la jeune fille endormie dans un château (merci Monsieur Perrault), l'énigme à résoudre (tellement utilisé que je ne sais qui remercier sur ce coup-là).

    Si le début est fort drôle avec des idées hilarantes (ah, "l'ouvre-boîte" pour chevalier ayant un besoin pressant !), j'ai faillis m'endormir à deux ou trois reprises, notre héros chevelu ne cessant de se faire capturer pour mieux s'évader deux secondes plus tard.

    Ah, oui, j'ai oublié de préciser le plus important : le film est produit par la Cannon !

    L'Épée du vaillant est un donc un nanar... capillotracté !

    L'Épée du vaillant (1984)

    En haut : Sean Connery et son armure "moquette apparente", Trevor Howard qui n'en revient pas d'être là. En bas : Miles O'Keeffe et Brian Coburn cheveux au vent...

     

     

    Notes :

    Comme on peut s'y attendre, ce film est chroniqué sur le site de Nanarland, et j'y ai appris entre deux fous-rires que si Connery n'apparait que peu à l'écran, c'est parce qu'à ce moment-là, il tournait également Jamais plus jamais.

     

    Bonus :

    La coupe de cheveux de 'Gawain' me rappelait vaguement quelque chose... et j'ai fini par trouver :

    L'Épée du vaillant (1984)

     La Cannon a produit un film "live" des Maîtres de l'Univers, avec (si je ne m'abuse) Dolph Lungren dans le rôle de 'Musclor'... dommage qu'ils n'aient pas réutilisé la perruque !

     

     

    « À bout de souffle (1960)Juste pour le plaisir des yeux... »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 09:53

    Une bonne dose de rire en perspective pour un film que je n'ai jamais vu et ne manquerai pas de voir. smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :