• L'Aventurier du Rio Grande (1959)

    Un western sans... action (?)

    L'Aventurier du Rio Grande (1959)"Gringo" au passé sombre, Martin Brady (Robert Mitchum) vit au Mexique où il est employé par les frères Castro. Alors qu'il se trouve au Texas pour acheter des fusils, il se casse la jambe en tombant de cheval. Obligé de rester trois mois sur le territoire américain, il fait la connaissance du major Stark Colton (Gary Merrill) et de son épouse Ellen (Julie London).

    Pendant sa convalescence, les fusils qu'il avait expédié aux Castro sont volés en chemin, tandis que le major et le capitaine Rucker (Albert Dekker) lui demandent d'être le lien entre les Castro et l'armée américaine afin de lutter contre les Apaches.

    À première vue, il ne se passe pas grand chose dans L'Aventurier du Rio Grande, à part une scène de bataille avec des Indiens. Pourtant, son réalisateur Robert Parrish le considère comme l'un de ses meilleurs films, Robert Mitchum a souvent dit que c'était son meilleurs western, et Bertrand Tavernier le porte aux nues. Alors ?

    Alors, il s'agit plus d'un  film traitant de la rédemption que d'une bande d'action. 'Brady', comme on l'apprend dans le dialogue, est recherché aux États-Unis pour avoir tué l'assassin de son père. Non seulement on lui fait comprendre que les charges contre lui peuvent être abandonnées, mais tout au long du film, des gens s'attachent à lui sans aucun à-priori, comme le jeune commis d'épicerie "Chico" Sterner (Max Slaten), ou la famille de "peones" chez qui il se cache après avoir abandonné les frères Castro.

    Notons que ces derniers sont visiblement des "bandidos" qui ont pris goût au pouvoir : Cipriano (excellent Pedro Armendariz) s'autoproclame "gouverneur" de sa région, tandis que le cadet, Marcos (Victor Mendoza) ne tarde pas à lorgner le poste de son ainé. Quelque part, ces deux personnages annoncent le 'Mapache' de La Horde Sauvage.

    L'histoire d'amour entre 'Brady' et 'Ellen' détonne également : si on peut croire au début à un "coup de foudre" réciproque, on comprend vite que la jeune femme ne cherche qu'une aventure - il est d'ailleurs dit à un moment qu'elle n'est pas novice en la matière. La rupture brutale de la part de la femme (pourtant devenue veuve, donc "libre") est quelque chose de rafraichissant dans un western américain où en général, le héros finit avec la belle.

    Comme je l'ai dit plus haut, Robert Mitchum considère ce western comme son meilleur film, mais, fidèle à son sens de l'auto-dérision, il rajoute que le personnage de 'Brady' lui a été très agréable à jouer parce qu'il est "souvent alité ou assis" ! Je pense pour ma part que la boutade cache en fait une véritable affection pour un rôle plus profond et complexe que ceux qu'il a (trop) souvent joué.

    L'Aventurier du Rio Grande est un western intelligent et plein de surprises qui sort du lot. Un plaisir à regarder.

    « Le Duel des héros (1984)Adieu, Madame Douglas. »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Avril à 07:54

    Un western très atypique et un de mes westerns préférés, qui prend le rythme de la vie et des personnages ! Le passage avec la famille de peones est superbe, comme le reste. Ca me donne envie de le revoir.

      • Vendredi 30 Avril à 14:12

        Un western qui m'a surprit par son manque d'action, mais je subodore que je le redécouvrirais et l'apprécierais  au fur et à mesure des visionnages.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :