• Jurassic World : Trois pinaillages monstres.

    Avec "Spoiler" !

    Comme je l'ai évoqué dans mon post consacré à Jurassic World, ce film est presque un "copié-collé" de Jurassic Park sorti il y a 22 ans, ce qui pourrait constituer un premier pinaillage. Toutefois, il est difficile, voire impossible, de reprendre une franchise à succès sans y glisser des références ou des clin d'oeil aux opus précédents.

    Je préfère donc me focaliser sur une question scientifique et deux astuces scénaristiques qui m'ont fait tiquer.

    Jurassic World :  Trois pinaillages monstres.

    Mosasaure ressuscité :

    Vous connaissez l'idée de base de l'univers Jurassic Park : c'est grâce aux moustiques prisonniers dans l'ambre que les scientifiques ont réussit à recréer les dinosaures. Mais cela ne marche que pour les espèces terrestres et volantes. Comment donc les généticiens de Jurassic World ont-ils pû récupérer l'ADN du Mosasaure, qui était un reptile aquatique ?

    Le retour du T-Rex :

    (ATTENTION SPOILER)

    À la fin du film, devant la menace que représente l'Indominus rex, 'Claire Dearing' (Bryce Dallas Howard) décide de relâcher le "méchant" de Jurassic Park : Elle ouvre la porte d'un enclos et, en utilisant une fusée de détresse, elle va sortir ce bon vieux Tyranosaure Rex de sa retraite forcée...

    Là, deux pinaillages en un : si j'ai bien compris, ce T-Rex est celui qui fut la vedette du premier Jurassic Park, donc, il a plus de 22 ans... et il n'a pas été tué lors du "nettoyage" de l'île par l'armée à la fin du premier film ?

    Deuxième étrangeté : son enclos se trouve... à quelques mètres seulement du parc d'attraction et donc du public !

    Bien entendu, on peut trouver des explications : par exemple, pour le premier pinaillage, ce sont les ossements de Mosasaure qui ont donné des échantillons d'ADN, et pour le T-Rex, peut-être s'est-il bien planqué dans la jungle après le premier film, et ensuite il a rejoint gentiment un enclos hyper sécurisé lors de la construction du deuxième parc d'attraction...

    ...Ou tout simplement s'agit-il de la magie du cinéma !

    Jurassic World :  Trois pinaillages monstres.

     

    « Jurassic World (2015)La Vie privée de Sherlock Holmes (1970) »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Janvier 2017 à 08:50

    Je n'ai pas vu ce film et je m'en passerai, 2017 commence à peine, autant bien démarrer avec autre chose.smile

    2
    Kinskiklaus
    Mardi 3 Janvier 2017 à 09:14

    Perso, je ne cherche jamais à intellectualiser ce genre de film pop corn. Que rien n'y soit crédible ne me dérange absolument pas. La magie du cinéma comme tu dis!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :