• Jean-Louis Trintignant

    Un homme et des films

    Jean-Louis TrintignantNé le 11 décembre 1930 à Piolenc (Vaucluse), Jean-Louis rêve de devenir pilote de course comme son oncle Maurice. Trintignant . Mais c'est une représentation de L'Avare mis en scène par Charles Dullin qui décidera de son futur : attrappant le virus de la comédie, il abandonne les études de droit qu'il suivait à la Faculté d'Aix-en-Provence pour monter à Paris et suivre les cours de Dullin.

    Jean-Louis Trintignant monte sur les planches en 1951 puis suit des cours de réalisation à l'IDHEC, avant de faire de la figuration dans de nombreux films.

    Il devient célèbre grâce à Et Dieu... Créa la femme, soufflant au passage Brigitte Bardot au réalisateur Roger Vadim. Mais le jeune acteur a une formalité à accomplir avant de reprendre le chemin des plateaux et de la scène : il doit faire son service militaire, d'abord en Allemagne, puis, à son grand déplaisir à Alger car nous sommes en pleine Guerre d'Algérie. Trintignant tentera en vain de se faire réformer, et gardera de très mauvais souvenirs de cette période.

    De retour à la vie civile, il retrouve le théâtre (Hamlet) et le cinéma avec Les Liaisons dangereuses (1959) de Roger Vadim (qui a apparament pardonné) : dans ce film, il côtoie Gérard Philipe et Jeanne Moreau.

    Suit Le Fanfaron de Dino Risi qui en fait une vedetteJean-Louis Trintignant en Italie, et l'acteur renoue avec le succès international en jouant avec Annouck Aimée dans Un homme et une femme de Lelouch, Palme d'or à Cannes en 1966 et Oscar du meilleur film étranger et du meilleur scénario original en 1967.

    Dans la carrière de Jean-Louis Trintignant, des oeuvres politiquement engagées (Le Combat dans l'ile, Z), des films d'auteur (Glissements progressifs du plaisir), un western (et quel western !) : Le Grand silence... Mais l'acteur n'oublie pas le théâtre, ni sa passion pour les courses automobiles : après des cours de pilotage, il devient coureur professionnel, participant à des rallyes.

    Après un premier mariage avec Stéphane Audran, Trintignant épouse en seconde noce Nadine Marquand, actrice, scénariste et réalisatrice avec qui il aura trois enfants : Marie qui deviendra elle-aussi actrice, Pauline, décédée à neuf mois, et Vincent qui optera pour le métier d'assistant-réalisateur. C'est sur les circuits de course automobile que Jean-Louis rencontrera sa troisième compagne, Marianne Hoepfner.

    Dans les années 80, l'acteur se retire à Uzès dans le Gard, se disant "lassé du cinéma" ; il continue sa carrière théâtrale, et n'apparait plus que sporadiquement à l'écran, dans des seconds rôles : Le Grand pardon (Alexandre Arcady), Le Bon plaisir (Francis Girod), La Femme de ma vie (Régis Wargnier). Il accepte néanmoins de reprendre le rôle de 'Jean-Louis Duroc' dans Un homme et une femme : vingt ans déjà de Claude Lelouch en 1986.

    Jean-Louis TrintignantAu théâtre, il joue souvent aux côtés de sa fille Marie, et après le décès de celle-ci en 2003, il se tourne de plus en plus vers la scène, lui rendant hommage en 2005 en reprenant Jean-Louis Trintignant lit Apollinaire, pièce qu'il partageait avec Marie au Festival d'Avignon.

    Au cinéma, il tourne souvent pour la jeune génération de réalisateurs, comme Jacques Audiard (Regarde les hommes tomber), Jean-Pierre Jeunet (La Cité des enfants perdus), et même le dessinateur Enki Bilal (Bunker palace hôtel).

    Après Amour de Michael Haneke (2012), Jean-Louis Trintignant se consacre entièrement à la scène, avec Trois Poètes libertaires qu'il crée en 2011 : accompagné à l'accordéon par Daniel Mille et au violoncelle par Grégoire Korniluk, il fait vivre la poésie de Boris Vian, Robert Desnos et Jacques Prevert.

    Ce spectalce sera le dernier car l'acteur a décidé, à 83 ans, de quitter définitivement les plateaux de cinéma et la scène théâtrale pour se consacrer pleinement à ses vignes et ses oliviers qu'il cultive dans la région d'Uzès.

      Jean-Louis Trintignant

    « Bernard Herrmann (1911-1975)La Rivière rouge »

  • Commentaires

    1
    passionné
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 20:58

    je vous recommande fortement " la course du liévre à travers les champs",magnifique thriller( de rené clément) un brin crépusculaire,et nostalgique dans lequel trintignant est époustouflant ! et ses scénes avec robert ryan sont fabuleuses....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :