• Jacques Tourneur (1904-1977)

    Réalisateur à "l'effet bus".

    Jacques Tourneur (1904-1977)Né Jacques Thomas le 12 novembre 1904 à Paris dans le douzième arrondissement, fils du réalisateur et illustrateur Maurice Tourneur et de Fernande Petit, il suit son père aux États-Unis à l'âge de 10 ans et ne rentrera en France qu'en 1925.

    À partir des années 30, Jacques Tourneur devient monteur des films de son père (notamment Les Gaités de l'escadron) et d'autres réalisateurs. Il mettra en scène lui-même quatre films.

    Il part ensuite à Hollywood où il commence par se faire connaitre dans la mise en scène de courts-métrages. Il va aussi diriger la seconde équipe sur des films.

    C'est grâce à son court-métrage They All Came Out (1939) sur le quotidien de prisonniers, que Jacques Tourneur est repéré par le producteur Val Lewton qui l'impose à la R.K.O.

    Souvent crédité "Jack Tourneur", il se spécialise alors dans le genre fantastique, son plus grand succès dans le domaine étant La Féline (1942) qui deviendra un classique du genre. C'est d'ailleurs dans cette oeuvre que le réalisateur va créer un effet connu aujourd'hui sous le nom "d'effet bus" : tandis que l'actrice Jane Randolph marche seule dans un parc éclairé de loin en loin par des lampadaires, on n'entend que des feulements. L'écran devient de plus en plus sombre, ajoutant à la tension croissante. Soudain un bus s'arrête, son coup de frein résonnant comme un feulement de chat...

    Jacques Tourneur (1904-1977)

    Mais "Jack" Tourneur n'est pas qu'un maître du fantastique : il réalise aussi des films noir (La Griffe du passé), des bande d'aventure (La Flibustière des Antilles) ou des westerns (Le Passage du canyon). Il travaille aussi à la télévision, mettant en scène des épisodes de Greneral Electric Theater, Bonanza, The Barbara Stanwyck Show ou La Quatrième dimension.

    Il rentre définitivement en France en 1966 et s'installe près de Bergerac en Dordogne. Les projets de films qu'il soumet alors au producteurs n'intéressent plus guère, hélas, notamment celui de filmer les couloirs d'un château prétendument "hanté" en Écosse. Ce film, qui se serait appelé Murmures dans un corridor lointain, devait être tourné en caméra infra-rouge et la bande-son aurait comportée uniquement les bruits réels de l'endroit.

    Jacques Tourneur décède le 19 décembre 1977 à Bergerac. Bertrand Tavernier lui dédiera son film La Mort en direct (1980).

    « Adieu, Claude LanzmannPinaillage spécial : Les 7 mercenaires. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :