• Jack Lemmon (1925-2001)

    Faire rire et pleurer.

    Jack Lemmon (1925-2001)John Uhler Lemmon III est né le 8 février 1925 dans... l'ascenseur d'un hôpital de Newton (Massachusetts). Fils unique du directeur d'une usine de "doughnuts", il ponctuera ses études par la fréquentation de clubs d'art dramatique. Il pratique aussi le piano et divers autres instruments.

    Alors qu'il est à Arvard, le futur Jack Lemmon s'inscrit au Navy College Training Programm, qui comme son nom l'indique offre aux étudiants une formation militaire. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, il sera employé sur un porte-avion comme enseigne de vaisseau.

    C'est après la guerre qu'il débute sa carrière d'acteur sur les planches, à la radio et à la télévision, apparaissant au grand écran pour la première fois dans le film The Lady takes a Sailor (1949). Il se marie en 1950 avec Cynthia Stone qui lui donnera un fils, Chris. Le couple divorcera en 1956. Il épousera en 1962 l'actrice Felicia Farr avec qui il aura une fille.

    John Ford  emploie Jack Lemmon dans Permission jusqu'à l'aube (1955) - l'acteur obtiendra l'Oscar du meilleur second rôle pour sa prestation- puis il se retrouve devant les caméras de Richard Quine (Ma soeur est du tonnerre - 55), Robert Parish (L'Enfer des tropiques - 57) et Delmer Daves (Cowboys - 58). Mais il commence à se faire vraiment remarquer dans Une femme qui s'affiche (54) de George Cukor.

    Jack Lemmon (1925-2001)C'est bien sûr avec Billy Wilder que Jack Lemmon va littéralement crever l'écran : d'abord dans Certains l'aiment chaud (59) où il donne la réplique à Tony Curtis et Marilyn Monroe, film qui lui vaudra un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA du meilleur acteur, puis La Garçonnière (60), comédie douce-amère sur l'ascenseur social pour lequel Lemmon reçut un autre BAFTA du meilleur acteur. Le duo Wilder/Lemmon se retrouvera ensuite pour Irma la Douce (63).

    Si l'acteur est souvent associé à la comédie, notamment dans La Grande course autour du monde (1965) où son personnage inspirera le 'Satanas' de la série animée Les Fous du volant, sa palette de jeu inclue aussi une touche dramatique comme dans Le Jour du vin et des roses (1962) de Blake Edwards où il interprète un alcoolique, rôle pour lequel il aura une récompense au Festival de San Sebastian.

    Jack Lemmon (1925-2001)Jack Lemmon partage ensuite la vedette de Drôle de couple (1968) avec Walter Matthau, avec qui il tournera une dizaine de fois. Ce film aura un succès énorme aux États-Unis et connaitra une suite en 1998 avec le même duo.

    L'acteur s'essaie à la réalisation avec Kotch (1971) dont il donne la vedette à son ami Matthau.

    Il obtient le Golden Globe du meilleur acteur pour Avanti ! de Billy Wilder en 1973, et l'Oscar du meilleur acteur en 1974 pour Sauvez le tigre de John G. Avildsen.

    Dans les années 70, Jack Lemmon joue dans des films plus dramatiques comme Les Naufragés du 747 (Jerry Jameson - 76) ou Le Syndrome chinois (James Bridges - 79), film pour lequel il sera nominé une quatrième fois aux Oscars.

    En 1982, il interprète un père à la recherche de son fils, victime de la junte birmane, dans Missing de Costa-Gavras. Il obtiendra le prix d'interprétation masculine du Festival de Cannes pour sa prestation.

    Jack Lemmon (1925-2001)Il tourne ensuite Macaroni (1985) pour Ettore Scola, retrouve Blake Edwards pour That's Life (1986), joue dans J.F.K. (1991) d'Oliver Stone et interprète son propre rôle dans The Player (1992) de Robert Altman.

    Suivront Glengary (1992) de James Foley, Short Cuts (1993) d'Altman. Cette même année 93 sort Les Grincheux de Donald Petrie où Lemmon retrouve son ami Walter Matthau, et qui aura une suite en 1995 tournée par Howard Deutch.

    Après Hamlet (1996) de Kenneth Brannagh, Jack Lemmon tourne Monie : une leçon de vie (1999) de Mick Jackson. Il fait une dernière apparition dans La Légende de Bagger Vance (2000) de Robert Redford.

    L'acteur décède le 27 juin 2001 à Los Angeles des suites d'un cancer.

    Jack Lemmon (1925-2001)

     

     

     

    « Adieu, Julie AdamsAdieu, Albert Finney. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :