• Deux images du cinéma français.

    Un box-office à l'image de la France d'aujourd'hui ?

    Deux images du cinéma français.D'aucun diront que je compare ce qui n'est pas comparable - et je reconnais que c'est vrai - mais mercredi dernier, deux films français sont sortis. L'un est une comédie dramatique, biopic d'un personnage oublié de l'Histoire, l'autre est une grosse comédie apte à plaire à ceux qui se gavent de téléréalité.

    Donc, à ma gauche, Chocolat, réalisé par Roschdy Zem, avec Omar Sy et James Thierrée. Et à ma droite, Les Tuche, le rêve américain, avec Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty (une actrice que je trouve par ailleurs plutôt amusante).

    D'un côté donc, celui qui fut le premier Noir à avoir connu le succès en France. De manière symptomatique, ce film fait parler de la même manière qu'Intouchables : j'ai ainsi lu un commentaire fustigeant la "volonté de vouloir victimiser le gentil noir contre le méchant blanc, et une auto-flagélation à rebours" (je ne me souviens plus des termes exacts mais c'était dans ce goût-là). L'auteur de ce commentaire précise par ailleurs qu'il n'ira pas voir le film.

    De l'autre, le deuxième opus des tribulations d'une famille de français plus que moyens, partis rendre visite au fils ainé parti étudier dans une université américaine. Entre "Les Ch'tis à Hollywood" et les blagues de Cyr(biiiip)nouna, un humour si bas que si l'on tentait de faire pire, il faudrait creuser.

    Deux images du cinéma français.Comme je le craignais, Les Tuche est premier au box-office français dès sa sortie avec quelques 200 000 entrées (dégommant au passage Les Huit salopards). Chocolat est troisième (67 544 spectateurs) derrière Alvin & les chimpmuks (105 606). Je sais bien que ce ne sont que des chiffres : tout ceux qui ont vu Les Tuche n'ont pas forcément aimé, et, comme pour Intouchables (décidément on y revient) le "bouche à oreille" peux fonctionner pour Chocolat.

    Mais je trouve affligeant cette sorte de "nivellement par le bas" qui semble atteindre le cinéma français, et plus particulièrement les films comiques : entre les ados plus ou moins attardés, les campeurs minables, les "régionaux" caricaturaux à souhait et les bourgeois mariant leurs progénitures à des "étrangers", on dirait que plus les ficelles sont grosses, plus le public en redemande.

    J'ai parfaitement conscience que ces sous-genres ont toujours existé : la série des "Gendarmes" ou des "Charlots", les tribulations du "marseillais de service" (Fernandel) ou de "L'auvergnat bênet" (Fernand Raynaud), tout cela a constitué un "âge d'or" du cinéma comique français alors qu'une grande partie de ces films sont au mieux d'anodines comédies, au pire d'affreuses pantalonnades indigestes.

    Après tout, c'est le temps qui fait d'un film un chef-d'oeuvre ou un navet. Alors en attendant, je vais aller voir Chocolat. Quant aux Tuche, et bien... Peut-être qu'un jour, s'il n'y a rien d'intéressant à la télévision, je me laisserai tentée par une diffusion sur TF1 ou W9...

     

     

    « Encore un moustachu sur Ana'Blog ?Tendre poulet »

  • Commentaires

    1
    Daniel
    Dimanche 7 Février 2016 à 17:41

    J ai plutôt bien aimé le premier " Tuche"" la aussi vague satire sociale  entre des " beaufs " et des riches et quand on sait que la principauté de Monaco a refusé que le film soit tourné chez elle ça ne peut qu attirer un peu de sympathie pour cette comédie . A Monaco on aimait la classe d un Cary Grant , alors imaginez la vision d un Jean Paul Rouve et de ses acolytes ...quelle horreur dirait une princesse qui parait il s occupe d œuvres sociales. Quand a " Chocolat" il suffit de voir le portrait immonde qu a fait Toulouse Lautrec du ce personnage pour comprendre que le commentaire dont tu parles est idiot. Nivellement par le bas ? Probable . Manque d auteurs et de comédiens charismatiques ? Certainement . Il n y a qu a voir la manière dont on a parlé de Michel  Galabru a sa mort , l élevant au statut de star . Nul doute que de nos jours , les Préboits , Charlots , Girault et autres seraient des comédiens et réalisateurs hors pairs de comédies intelligentes et élevés au statut d icône. " Bienvenue chez les chtis " a donné le coup d envoi de ce genre de film et ça plait au grand public qui n a plus Fernandel , Bourvil ou De Funès pour etre sur de voir des vrais talents meme dans des navets  et comme il faut quand meme allé au cinéma pour se détendre...si on aime pas les supers héros , les dizaines de sous " Taken" , les énièmes "Star Wars "  ou les " dépressives  attitudes " du cinéma français on va voir quoi ? Allez ..une petite comédie ,et  si on arrive a avoir deux sourires c est gagné.

    2
    Dimanche 7 Février 2016 à 18:35

    J'ai tendance à tout voir "en noir" en ce moment, d'où ce post sur le "nivellement par le bas". Il est évident comme tu le souligne, Daniel, qu'il vaut mieux voir un film comique même un peu "con" pour sourire un peu (ces temps-ci, ça fait du bien).

    Après tout, le registre "choc des cultures" à toujours existé dans le domaine du cinéma comique. Ce qui m'a irritée sur Les Tuche, c'est la bande annonce, qui m'a furieusement fait penser à un épisode de téléréalité genre "Les Ch'tis à Hollywood". Voilà pourquoi j'ai réagis de cette manière épidermique.

    Mais bon, je suis revenue à de meilleurs sentiments grâce en partie à Chocolat que j'ai vu aujourd'hui. Le post est en préparation et paraitra cette semaine sans doute.

    Et pour finir, je dirais qu'après tout, ce n'est que du cinéma. Pas la peine de se prendre le choux avec ça !

    3
    Lundi 8 Février 2016 à 19:37

    Le nivellement est à l’œuvre dans tous les domaines, chacun le voit. Il arrivait jadis que des gens fassent des films dit humoristiques et passaient à côté de la plaque, puis, en les voyant des années plus tard, on détecte chez ces nanards un certain charme. A  l'inverse, aujourd'hui on sort des machins calibrés avec X, Y et Z sans oublier V, alors on pense avec une affiche pareille, ça doit être marrant. Et 9 fois sur dix, c'est consternant. Un film est sorti il y a peu, correspondant à ces critères, et, au bout du compte, j'ai choisi de m'abstenir. Et j'ai bien fais car tous ceux qui le virent furent déçus. En cette matière mieux vaut s'écouter et être agréablement surpris par des trucs improbables qui se révèlent plus drôles que ces rigolades formatées.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :