• Décision à Sundown

    Western complètement atypique.

    Décision à SundownUne diligence roule sur la piste, lorsque soudain, l'un des passagers ordonne au conducteur de s'arrêter, n'hésitant pas à dégainer son arme.

    Bart Allison (Randolph Scott) qui vient de se faire ainsi remarquer, retrouve son ami Sam (Noah Beery, Jr), avec qui il se rend à Sundown. Une fois à destination, il apprend qu'un certain Tate Kimbrough (John Carroll), le maître de la ville, s'apprête à se marier. S'invitant à la cérémonie, Allison annonce à la future épouse (Karen Steele) "qu'elle sera veuve avant la nuit"...

    Décision à Sundown (1957) de Budd Boetticher est un film atypique dans la carrière du réalisateur : d'abord, c'est un western se déroulant uniquement en ville, alors que ses autres oeuvres prennent place dans les grands espaces. Le héros passe d'ailleurs une grande partie de l'action confiné dans une écurie  après une fusillade.

    Parlons du "héros", justement : Si dans ses précédentes collaborations avec Boetticher, Scott était déjà assez bourru et peu amène, dans le présent film, il est absolument antipathique, brutal et sans considération pour quiconque. Uniquement obsédé par sa vengeance, 'Bart Allison' n'écoute personne, et surtout pas 'Sam' qui tente de lui expliquer que sa femme Mary n'était pas aussi "pure" qu'il ne le croyait.

    À noter d'ailleurs que dans les premières minutes du film, il apparait débraillé et mal rasé, comme un précurseur des héros de westerns spaghettis...

    On peut même se demander si le véritable héros n'est pas le docteur (John Archer) qui, n'hésite pas - dans une des plus belles scènes du film - à "retourner" les habitants de Sundown en les mettant face à leur propre couardise devant Tate, qui en deux ans avait réussit à imposer sa loi.

    Décision à SundownTate, qui n'a rien du "vilain" classique de western : intelligent, cynique et narcissique, il s'apprête à épouser le plus beau parti de la ville, tout en cherchant à éloigner sa maitresse, la prostituée Ruby (Valérie French). Celle-ci d'ailleurs est très réaliste envers son amant (ils semblent être ensemble depuis des années) et envers elle-même.

    Nous avons donc là un panel de personnages à la psychologie fouillée, et bien loin des classiques figures du western académique. Si le film fait penser au Train sifflera trois fois (ne serait-ce que par son unité de temps et de lieu), il a sa propre personnalité qui le rend passionnant et original.

    La fin elle aussi est complètement atypique pour le genre (ATTENTION, SPOLIER) : alors qu'Allison, ayant enfin compris à quel point il a surestimé sa défunte femme, quitte la ville, le docteur a cette  réplique : "Oui, il a changé les choses pour nous ici, mais malheureusement, nous ne pouvons rien faire pour lui. Personne à Sundown n'oubliera le jour où Bart Allison est passé."

    Une fin, donc, où le héros et le vilain sont tout deux perdants (Tate quitte aussi la ville avec Ruby), et où seuls les villageois ont retrouvé leur dignité.

     

    Décision à Sundown

     

     

    Note : le film est également connu chez nous sous le titre Le Vengeur agit au crépuscule (il faudrait un jour que je fasse un post sur les titres français des westerns !)

    « Happy Birthday, Jodie !James Bond et moi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :