• Continental films - Cinéma français sous contrôle allemand.

    Entre salauds et héros, le cinéma français survit sous l'Occupation.

    Continental films - Cinéma français sous contrôle allemand.De février 1940 à avril 1944, la Continental produisit trente films sur un total des deux-cent vingt qui sortirent durant la noire période de l'Occupation. Beaucoup de choses furent dites sur cette firme dirigée par un allemand, Alfred Greven. Pourtant, ceux qui travaillèrent en son sein n'étaient pas forcément des collabos, et c'est ce que démontre ce livre fourmillant d'informations inédites.

    C'est en faisant des recherches pour une biographie de Maurice Tourneur que Christine Leteux trouva matière à ce livre.

    Au fil de la lecture, nous en apprenons plus sur Greven, qui travailla à la U.F.A, et était connu de beaucoup d'acteurs français qui ont tournés en Allemagne avant-guerre, période où les films bénéficiaient de plusieurs versions simultanées en langue française, allemande, anglaise, etc. selon le marché visé.

    Nous en apprenons également plus sur le fameux "voyage à Berlin" auquel participèrent des acteurs et des réalisateurs français. Grâce aux comptes-rendus d'interrogatoire retrouvés par Christine Leteux, on en sait plus sur les conditions entourant ce fameux voyage qui ne fut pas - loin s'en faut ! - une agréable promotion ! Par ailleurs, il était prévu que les acteurs allemands viennent rendre la politesse quelques mois plus tard, mais devant le relatif échec dudit voyage, les autorités d'outre-Rhin renoncèrent à cette idée.

    Le livre évoque également ses scénaristes et réalisateurs juifs qui ont signés des scénarios sous un nom d'emprunt, tout comme les réseaux de Résistance qui se constituèrent au sein même de la Continental, et le système de "flicage" établit par Greven qui avait des "oreilles" qui lui rapportaient toute parole suspecte. Bien entendu, à malin, malin et demi, et les sbires du patron étaient souvent en peine de trouver grand chose.

    Continental films - Cinéma français sous contrôle allemand.Il y a également un chapitre sur le calvaire de Harry Baur, dû en partie à son ami d'enfance Édouard Bouchez, antisémite rongé par la jalousie de ne pas avoir eu la même carrière artistique que l'acteur. Le fait que Baur avait un gendre et des amis juifs ont joué dans le terrible engrenage dans lequel Bouchez l'entraîna et qui se soldera par un "interrogatoire" particulièrement brutal dans la prison du Cherche-Midi.

    Enfin, il est un fait non négligeable : la Continental  produisit des chefs-d'oeuvres du cinéma français comme L'Assassinat du Père-Noël ((Christian-Jaque), Les inconnus dans la maison (réalisé par Henri Decoin, adaptation et dialogue d'Henri-Georges Clouzot d'après Simenon), L'Assassin habite au 21 et Le Corbeau de Clouzot.

    Pour résumer, je dirais que ce livre est un document fort intéressant pour tout cinéphile, qu'il soit ou non passionné par cette période.

     

     

    Continental Films - Cinéma sous contrôle allemand, de Christine Leteux. Préface de Bertrand Tavernier. Édition La Tour Verte (collection "La muse celluloïd").

     

    « Adieu, Margot KidderVincent d'Onofrio »

  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Mai à 12:09

    Très intéressant, merci. Je me procurerai ce livre. Il faudra que je regarde le film de fiction de Bertrand Tavernier sur ce sujet précis, "Laissez-passer".

      • Samedi 19 Mai à 15:42

        J'aimerai bien voir moi aussi ce film de Tavernier dont je ne connaissais même pas l'existence.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :