• Chuck Connors (1921-1992)

    L'homme à la carabine.

    Chuck Connors (1921-1992)Kevin Joseph Aloysius Connors nait le 10 avril 1921 à Brooklyn de parents canadiens ayant émigrés aux U.S.A. Dès le collège, il se fait remarquer par ses talents sportifs, notamment en basket ball et en baseball.

    C'est dans cette discipline qu'il excelle, gagnant au passage son pseudonyme : son expression favorite sur le terrain étant "Chuck it to me, Baby !" ("Droit sur moi, bébé !"), il sera surnommé Chuck Connors par ses amis et les fans.

    Ses études terminées, Chuck Connors entre dans l'armée et devient instructeur dans une unité de tanks à Fort Campbell (Kentuky) puis à West-Point. Il continue par ailleurs sa carrière sportive, devenant joueur pro dans l'équipe des "Rockeeter Royals" qu'il ménera à la tête du championnat de baseball en 1946.

    La même année, il est démobilisé et rejoint la toute nouvelle équipe des "Boston Celtics". Il passera ensuite chez les "Brooklyn Dodgers" en 1949 puis chez les "Chicago Cubs" en 1951.

    Chuck Connors apparait une première fois sur grand écran en 1942 dans Wake Island, sans être crédité au générique. Ce n'est que dix ans plus tard qu'il débute véritablement sa carrière d'acteur en interprétant un policier dans Mademoiselle gagne-tout (1952) de George Cukor.

    L'année suivante, il est confronté à Burt Lancaster dans Le Bagarreur du Pacifique et à John Wayne dans Un homme pas comme les autres. Suivront Dans les bas-fonds de Chicago (1954) de Joseph M. Newman, Dix hommes pour l'enfer (1955) d'Harmon Jones.

    Mais parmi les rôles les plus marquants de ses débuts figure celui de 'Bun Sanderson' dans la production Disney Fidèle Vagabond (1957) de Robert Stevenson. À ce moment là, les producteurs de la chaine de télévision ABC cherchent un acteur pour incarner 'Lucas McCain', rancher veuf élevant seul son fils, dans leur prochaine série western. C'est en voyant Chuck Connors dans le film Disney qu'ils ont l'idée de lui proposer le rôle.

    L'Homme à la carabine durera de 1958 à 1963 et installera l'acteur au panthéon des vedettes populaires du petit écran. Il sera ensuite le héros de la courte série Le Proscrit (1965-1966) dans lequel il incarne 'James McCord', capitaine de cavalerie renvoyé de l'armée pour "couardise" et tentant de prouver que cette réputation est injustifiée.

    Au cinéma, Chuck est le partenaire de Gregory Peck et Jean Simmons dans le western Les Grands espaces (1958), puis il tient le rôle-titre de Geronimo (1962), avant de jouer un gentil papa dans Flipper (1963), film qui donnera naissance à la série télévisée du même nom.

    Il devient ensuite le partenaire de Doris Day et James Garner dans la comédie Pousse-toi Chérie (1963), s'essaie lui-aussi au "western-spaghetti" en jouant dans Tuez-les tous... et revenez seul (1968), partage avec Robert Ryan la vedette du film d'aventures Le Capitaine Némo et la ville sous-marine (1969).

    Chuck Connors poursuit également sa carrière sur le petit écran : après la série Cowboys in Africa (1967-1968), il joue dans le téléfilm Birdmen (1971) de Philip Leacock, contant l'histoire véridique d'un groupe de prisonniers qui s'échappent de la forteresse de Colditz grâce à un avion fabriqué en cachette.

    Dans les années 70, l'acteur ne chôme pas : au cinéma, il joue aux côtés de James Garner et Suzanne Pleshette dans Tueur malgré lui (1971), une comédie-western, puis il enchaine avec le téléfilm Night of Terror (1972) avec Martin Balsam et Donna Mills. L'année suivante, il côtoie William Shatner, Buddy Ebsen et Roy Thines dans un autre téléfilm horrifique, The Horror at 37,000 Feets de David Lowell-Rich, une histoire d'artefact maudit libérant des fantômes de druides (!) dans un 747...

    La même année 1973 Chuck Connors est à l'affiche du classique de la SF Soleil vert de Richard Fleischer, avec Charlton Heston. Vient ensuite Refroidi à 99% (1974), thriller de John Frankenheimer avec Richard Harris, et le feuilleton Racines (1977), dans lequel son rôle d'esclavagiste lui vaut une nomination aux "Emmy Awards".

    Arrivent les années 80, et l'acteur fait une apparition remarquée dans le déjanté Y-a-t-il enfin un pilote dans l'avion ? Puis, il interprète un chef de la police face à des terroristes dans Le Commando de la terreur de Peter Main avant de jouer le directeur d'un camp de vacance pour ados dans le film d'horreur Revolution Class.

    Les derniers films de Chuck Connors sont éclectiques : le thriller Skinheads, le drame Salmonberries, le téléfilm The Gambler Returns : The Luck of the Draw qui marquera sa dernière apparition à l'écran.

    Gros fumeur depuis les années 40, l'acteur est atteint d'un cancer des poumons qui l'emporte le 10 novembre 1992 à l'âge de 71 ans.

     

    Filmographie sélective :

     

    Chuck Connors (1921-1992)1952 -Mademoiselle gagne-tout - George Cukor

    1953 - Un homme pas comme les autres - Michael Curtiz

    1953 - Le Bagarreur du Pacifique -

    1954 - Dans les bas-fonds de Chicago - Joseph M. Newman

    1955 - Dix hommes pour l'enfer - Harmon Jones

    1956 - Hold Back the Night - Alan Dwayne

    1957 - La Femme modèle - Vincente Minnelli

    1957 - Fidèle Vagabond - Robert Stevenson

    1958 - Madame et son pilote - Jack Arnold

    1958 - Les Grands espaces - William Wyler

    1962 - Geronimo - Arnold Laven

    1963 - Flipper - James B. Clark

    1963 - Pousse-toi, Chérie ! - Michael Gordon

    1965 - Synamon - Richard Quine

    1968 - Tuez-les tous... et revenez seul - Enzo G. Castellari

    1969 - Le Capitaine Némo et la ville sous-marine - James Hill

    Chuck Connors (1921-1992)1970 - The Deserter - Burt Kennedy

    1971 - Tueur malgré lui - Burt Kennedy

    1972 - Pancho Villa - Eugenio Martin

    1973 - Soleil vert - Richard Fleischer

    1974 - Refroidi à 99% - John Frankenheimer

    1975 - Legend of the Seawolf - Giuseppe Vari

    1979 - Le Piège - David Schmoeller

    1980 - Virus - Kinji Fukasaku

    1982 - Y-a-t-il enfin un pilote dans l'avion ? - Ken Finkerman

    Chuck Connors (1921-1992)1987 - Le Commando de la terreur - Peter Maris

    1987 - Revolution Class - Bert L. Dragin

    1989 - Skinheads - Greydon Clark

    1991 - Salmonberries - Percy Adlon

    1992 - Three Days to A Kill -

     Chuck Connors (1921-1992)

    « Dumbo (2019)Hommage... »

  • Commentaires

    1
    Burt
    Dimanche 14 Avril à 16:04

    Difficile d'oublier ce géant à la machoire carrée que ce soit dans ses rôles au cinéma ou dans ses séries TV. La série western "Le Proscrit" date des années 1965-1966.

    Bon Dimanche, Val ! smile 

      • Dimanche 14 Avril à 16:18

        Erreur réparée ! Merci Burt.

        Bon dimanche à toi aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :