• Christopher Plummer (1929-2021)

    Une carrière monumentale.

    Christopher PlummerArthur Christopher Orme Plummer nait le  13 décembre 1929 à Toronto au Canada. Ses parents divorcent peu de temps après sa naissance et le futur Christopher Plummer va vivre avec sa mère à Semneville au Quebec, ce qui le rendra bilingue français/anglais.

    Voulant devenir pianiste de concert, Christopher étudie la musique, mais découvre le théâtre et rêve de devenir comédien après avoir vu Sir Laurence Oliver dans le film Henry V en 1944.

    Christopher Plummer va faire partie de la troupe Canadian Repertory Company d'Ottawa de 1948 à 1950 avant de monter sur les planches de Broadway. Il va également se produire en Angleterre, notamment au Strasford Shakespeare Festival où il joue régulièrement de 1956 à 1967.

    L'acteur débute au cinéma dans le film de Sydney Lumet Les Feux du théâtre en 1958. La même année, il est au générique du film de Nicholas Ray La Forêt interdite. Il faudra attendre six ans pour que l'acteur reparaisse à l'écran dans La Chute de l'Empire romain d'Anthony Mann (1964). Il endosse ensuite le rôle du baron Von Trapp dans la comédie musicale La Mélodie du bonheur (1966).

    Christopher PlummerOn le retrouve en maréchal Rommel dans La Nuit des généraux, en voyou devenu héros de guerre dans La Fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman, en "squadron leader" dans La Bataille d'Angleterre, en duc de Wellington dans Waterloo, François-Ferdinand d'Autriche dans Assassinat à Sarajevo.

    Mais Christopher Plummer n'est pas qu'un acteur à rôles "historiques". Il joue dans Le Retour de la Panthère rose, interprète Rudyard Kipling dans L'Homme qui voulut être roi, un empereur intergalactique dans Le Choc des étoiles, un avatar de Star wars.

    Prêtant ses traits à Sherlock Holmes, il poursuit Jack l'Éventreur dans Meurtre par décret, partage l'affiche de Guerre et passion avec Harrison Ford et Lesley-Ann Down, se frotte au voyage temporel avec Quelque part dans le temps.

    Plummer côtoie des acteurs aussi divers que Nicolas Cage dans The Boy in blue, Dan Akroyd et Tom Hanks dans Dragnet, Klaus Kinski et D. Pleasance dans Nosferatu à Venise.

    Christopher PlummerIl intègre l'univers de Star Trek avec le sixième opus de la franchise, Terre Inconnue, est aumônier de prison dans Malcolm X, le patron de Jack Nicholson dans Wolf, détective dans Dolorès Clairborn, scientifique dans L'Armée des douze singes.

    Les années 2000 sont fastes pour Christopher Plummer : il est Van Heflin dans Dracula 2000, professeur dans Un homme d'exeption ; il est aussi bien au casting d'Ararat de Atom Egoyan que de Benjamin Gates et le trésor des Templiers, des films Le Nouveau monde ou L'Imaginarium du Professeur Parnassius.

    Il continue de jouer des personnages historiques comme Aristote dans Alexandre d'O. Stone, Tolstoï dans  Tolstoï, le dernier automne, et le rôle-titre de Barrymore d'Erik Camuel.

    À la télévision, Christopher Plummer débute en 1953 dans un épisode de General Motor Presents, et apparait dans plusieurs séries inédites chez nous. Les téléspectateurs français ont pu tout de même le voir en 1977 dans Jésus de Nazareth où il est Érode Antipas, Les Oiseaux se cachent pour mourir dans le rôle d'un archevêque en 1983. La même année, il est un colonel nazi dans le téléfilm La Pourpre et le noir.

    Il est également comédien de doublage de dessins animés, comme Fievel et le Nouveau monde (1986), L'Homme qui plantait des arbres (1987) ou dernièrement dans le film La-haut (2009) où il est la voix originale du héros. La même année, il est au casting vocal du méconnu Numéro 9, film d'animation au thème plus adulte.

    Christopher Plummer continue les tournages et les prestations scéniques, et est devenu l'acteur le plus ancien à avoir obtenu un Oscar en 2012 pour son rôle dans Beginners à l'âge de 82 ans. Une carrière monumentale, jusqu'à son décès survenu le 4 février 2021.

    Christopher Plummer

     

    « Quant on tire....La "Mare's leg" »

  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Décembre 2014 à 08:40

    Bel article, Val. Peut-être y manque t-il le rôle assez étoffé d'un grand journaliste dans "Révélations", qui, bien qu'extrêmement combatif, finit par baisser sa culotte devant la pression, chose qui arrive parfois lorsqu'une chaîne de télévision s'attaque aux grands lobbies du tabac ! A cet instant du film, Pacino est tout seul dans sa détermination à faire éclater la vérité avec l'aide de Russel Crowe.

     

    Cependant, j'ai beaucoup appris sur sa carrière grâce à toi, merci.

    2
    Mardi 9 Décembre 2014 à 02:30

    Je n'ose parler de Star Trek 6... Plummer et Shatner se connaissent depuis près de 60 ans, ils débutèrent ensemble à la radio. Shatner fut même en 1956 la doublure de Plummer, qui a été toute sa carrière un grand comédien de théâtre, pour "Henry V". Souffrant, Plummer dut arrêter de jouer et Shatner (qui originellement n'avait qu'un petit rôle de 5 minutes) dut le remplacer au pied levé pour ce rôle énorme : Shatner erra sur scène, sans avoir eu le temps de répéter, avec de grands silences (des trous, quoi) qu'il masquait par de savantes poses, sans connaître les acteurs et sans connaître les indications de jeu de Plummer : il s'en sortit visiblement très bien et ce fut le début de sa renommée.

    3
    DANIEL
    Mardi 9 Décembre 2014 à 21:50

    ....et ce fut sa meilleure interprétation a ce jour ! Je plaisante mais quand j ai vu certaines de ses apparitions dans les premiers épisodes de la série " Star Trek" , j ai cru a un gag ou alors un acteur de " Plus belle la vie " avait pris possession de son corps. Hilarant le déplacement , les dialogues ...tout quoi...mais bon ça date...Un peu plus tard on le voit dans la série " Hooker " et la c est le drame !! Pas de charisme , toujours balourd , pas du tout crédible dans la peau d un flic qui court après les " djeuns " et ce final a la fin de chaque épisode ou tout le monde rigole de bon cœur  limite se tapant le ventre.... après avoir élucidé les meurtres de plusieurs ados. ou d avoir chopé un tueur en série a la hache bien aiguisée..d un kitch rarement égalé , il faut avoir vu un épisode de cette série au moins une fois dans sa vie...juste après , pour rester dans le rythme on se tape un épisode du " Flic de Shangai " et la on se dit c est pas possible Shatner a refusé le role principal ou alors il a écrit le scénario... c est la meme cuvée , on rajoute juste quelques acrobaties et surtout on oublie pas de bien se bidonner a la fin juste après avoir assisté a une demi douzaine d autopsies...J exagère un peu...mais si peu...happy

    4
    Mercredi 10 Décembre 2014 à 00:55

    J'ai effacé de ma mémoire les épisodes que j'ai pu voir de "Hooker" lorsque j'étais ado, avec cet horrible acteur fadasse qui ne faisait que montrer son poitrail bodybuildé. Par contre, Shatner était vraiment très bon dans les quelques épisodes que j'ai pu voir de "Boston legal", mais je ne suis vraiment pas série télé contemporaine... Mais bon ou mauvais, j'aime Shatner et sa personnalité décalée et très pince sans rire, je suis d'ailleurs en train de me refaire ses épisodes de la série "Star Trek" que je chéris : on a beau dire, les thèmes sont sont souvent très très bien trouvés et impertinents pour l'époque de par leur caractère libéral ; après pour le côté kitsch, oui, c'est évident que ça date et ça fait partie du plaisir (surtout vu les conditions spartiates et bordéliques de tournage dont les anecdotes sont hilarantes ; Shatner a été le premier surpris que Star Trek qui n'eut pas vraiment de succès public lors de son passage original devienne culte avec le temps. Il raconte qu'après la série, il dut vivre dans une caravane pendant un temps), mais le coefficient sympathie l'est tout autant pour moi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :