• Charles Bronson, le génie du mâle (2019)

    Intéressant pour initier au "mythe" Bronson.

    Charles Bronson, le génie du mâle (2019)Nous sommes à Hollywood dans les années 50, le McCarthysme est à son apogée, et il ne fait pas bon de porter un patronyme à consonance russe si l'on veux devenir célèbre. Justement, un jeune acteur fraichement débarqué de sa Pennsylvanie natale, Charles Buchinski, tente de percer en jouant pour le moment les voyous et les indiens de service. Alors qu'il roule avec des amis sur une avenue de la "Cité des Anges", un feu rouge l'arrête devant un panneau indiquant "Bronson Avenue"... Le destin du petit gars rablé au vocabulaire incertain et au caractère de cochon va prendre une tournure fascinante.

    Réalisé par Jean Lauritano, Charles Bronson, le génie du mâle est plutôt bien fait, composé d'extraits de films et d'interviews judicieusement choisis pour montrer les difficultés de l'acteur à se faire une place au soleil, puis sa lente descente vers le purgatoire des "séries Z de vigilante cannonisées", avant son ultime - et émouvant - jeu devant la caméra de Sean Penn.

    Bien entendu, comme je le craignais, peu d'informations me sont parues inédites, mais certaines interventions de Bronson lui-même m'était inconnues. C'est étonnant par ailleurs que c'est en devenant une star en Europe et au Japon que l'homme a atteint son objectif : gagner assez d'argent pour vivre comme il l'entendait !

    De plus, son caractère bien particulier est souligné par ce documentaire, donnant par la-même une piste quand à sa perte de son aura dans le milieu hollywoodien. Paradoxalement, cette aura fut suffisante pour être encore évoquée par des réalisateurs actuels (Tarantino en tête) ou même un président pro-NRA rougit au carotène !

    En résumé, un bon film, pas extraordinaire mais suffisamment intéressant pour que quiconque ne connait pas Charles Bronson puisse se faire une idée de l'acteur et du personnage.

    Ce documentaire est actuellement en streaming sur "Arte", et sera diffusé dimanche prochain comme annoncé sur mon post précédent (lien ici).

    « Noël approche...Adieu, Robert Castel »

  • Commentaires

    1
    Kinskiklaus
    Vendredi 4 Décembre 2020 à 20:40

    Coucou Val ! J'ai vraiment beaucoup aimé et mine de rien, en l'espace de 52 petites minutes, le documentaire remplit pleinement sa mission de plaire aussi bien aux néophytes qu'aux afficionados. Dans la foulée, j'ai découvert "L'évadé", film très divertissant malgré une dernière demi-heure poussive.

      • Samedi 5 Décembre 2020 à 09:44

        Salut, Klaus !

        Oui, un très bon documentaire dont l'auteur a visiblement bien cerné le sujet. Quant à L'Évadé, c'est un film plutôt sympa..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :