• "César" 2021 : "morituri te salutant"

    "Adieu les cons" : cela résume bien mon état d'esprit...

    "César" 2021 : "morituri te salutant"Mon moral étant au douzième sous-sol ces temps-ci, je n'avais pas réalisé que les "César" étaient maintenus malgré la fermeture des cinémas pour cause de pandémie de Coronavirus.

    Aussi n'ai-je pas fait mon traditionnel post présentant les nominations et évoquant mes pronostiques. Pourtant, le palmarès de cette 46ème cérémonie s'avère intéressant car Albert Dupontel et son film Adieu les cons fait une belle moisson de récompenses (7 sur 12 nominations !). Note pour moi-même : il faudra un jour que je me penche sur ce réalisateur iconoclaste et - au dire de beaucoup - génial.

    Voici donc la liste des grands gagnants de cette soirée :

    Meilleur film : Adieu les cons

    Meilleur réalisateur : Albert Dupontel

    Meilleure actrice : Laure Calamy (Antoinette dans les Cévennes) 

    Meilleur acteur : Sami Boujila (Un fils) 

    Meilleure actrice dans un second rôle : Émilie Dequenne (Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait) 

    Meilleur acteur dans un second rôle : Nicolas Marié (Adieu les cons) 

    Meilleur espoir féminin : Fathia Youssouf (Mignonnes) 

    Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zardi (Tout simplement noir) 

    Meilleur premier film : Deux (Filippo Meneghetti) 

    Meilleur scénario original : Albert Dupontel (Adieu les cons) 

    Meilleure adaptation : Stéphane Demoustier (La Fille au bracelet) 

    Meilleure musique originale : Rone (La Nuit venue) 

    Meilleur film étranger : Drunk (Thomas Vinterberg) 

    Meilleur film d'animation : Josep (Aurel) 

    Meilleur documentaire : Adolescentes (Sébastien Lifshitz) 

    Meilleur décor : Carlo Ponti (Adieu les cons) 

    Meilleur costume : Madeline Fontaine (La Bonne épouse) 

    César des lycéens : Adieu les cons

    César d'honneur : l'équipe du Splendid

     

    Un mot sur la soirée elle-même : cela fait déjà plus de dix ans que je ne regarde plus les "César", mais je suis attentive aux échos reçus par le biais des journaux télévisés et sur Internet. Cette année, le "clou" du spectacle est incontestablement le "strip-tease" de Corinne Masiero, poussant ainsi son coup de gueule à l'encontre de l'attitude du gouvernement quant à la gestion de la crise du secteur artistique en ces temps difficiles.

    Je suis d'accord pour dire que la fermeture des lieux culturels et des petits commerces alors que les supermarchés sont toujours aussi achalandés ("lobbyisme" ?) est une catastrophe pour notre pays, mais se foutre à poil pour "faire le buzz", c'est ridicule et même contre-productif en l'occurrence. Corinne, j'apprécie tes prises de positions, mais il y a l'art et la manière... D'ailleurs, si je puis me permettre, tu est aussi en train de tuer la franchise Capitaine Marleau avec tes élucubrations (les derniers épisodes étant devenus des "one-woman-show" désolants). Mais je digresse...

    Pour finir, je dirais que le plébiscite fait à Dupontel est une bonne surprise en ces temps étranges et incertains.

     

     

    « Adieu, Patrick Dupond.Les Proies (2017) »

  • Commentaires

    1
    Burt
    Samedi 13 Mars à 19:04

    Il y a pas mal d'années que je ne regarde plus les Césars, c'est trop long, trop bavard, pas très drôle. La cérémonie veut être drôle mais ça ne fonctionne pas. Et puis ça râle trop souvent, le cinéma est pourtant bien aidé financièrement. Mais malgré tout, je jette toujours un oeil au palmarès, merci  Val de l'avoir affiché.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :