• Cartouche

    Le panache de Jean-Paul, la grâce de Claudia, la beauté d'Odile...

    CartoucheParis, XVIIIème Siècle. Louis-Dominique Bourguignon (Jean-Paul Belmondo) rencontre Isabelle de Férussac (Odile Versois), épouse du lieutenant général de la police. Mais notre héros fait partie des habitués de la "Cour des Miracles", gérée d'une main de fer par Malichot (Marcel Dalio).

    Après avoir ouvertement tenu tête à son chef, Louis-Dominique doit fuir la capitale, et se laisse enrôler - sous le nom de "Cartouche" - dans l'armée du Régent. Il y fait la connaissance de deux aimables tires-au-flanc, La Douceur (Jess Hahn) et La Taupe (Jean Rochefort).

    Le trio ne tarde pas à dérober la solde de leur régiment, et dans sa fuite, il rencontre Vénus (Claudia Cardinale), jeune fille de joie dont s'éprend Cartouche...

    Cartouche (1962) de Philippe de Broca, offre l'un de ses meilleurs rôles à Belmondo. Entre Till l'espiègle, Fanfan la Tulipe et Robin des bois, ce film, qui évoque de façon très romanesque la vie d'un célèbre bandit français, est rempli de moments forts, d'humour, d'amitié potache et de drame.

    Le dialogue, signé Daniel Boulanger, est savoureux : entendre le vieux maréchal gâteux -joué par Lucien Raimbourg - s'exclamer "Vous voilà !" est un joli clin d'oeil à l'Histoire, tout comme cette scène de révolte populaire où l'on entend "Les aristocrates à la lanterne !", mots criés par... de Broca !

    CartoucheBébel est éblouissant, Claudia Cardinale merveilleuse, Odile Versois somptueuse, et Philippe Lemaire, qui interprète Monsieur de Férussac, est formidable.

    Autour d'eux, la "crème de la crème" des seconds rôles  français : outre ceux déjà cités, nous avons Jacques Balutin en frère capucin plutôt bon vivant (clin d'oeil  au 'Frère Tuck' de Robin des bois), Noël Roquevert dans un rôle coutumier de sergent recruteur, Pierre Repp et Philippe Castelli en bras droits -relativement incompétents - de Férussac, sans oublier les frères Préboist en gendarmes.

    Et puis il y a Marcel Dalio, qui interprète un "roi des voleurs" qui passe du personnage brutal et vicieux au traitre visqueux avec talent.

    Je ne sais plus combien de fois j'ai vu Cartouche depuis mon enfance, mais à chaque fois c'est un grand bonheur de retrouver une telle oeuvre, qui débute dans la vivacité et le rire et se termine comme un drame. Superbe !

    Cartouche

     

     

    « Pour la première semaine de janvier...Jess Hahn (1921-1988) »

  • Commentaires

    1
    Daniel
    Lundi 4 Janvier 2016 à 21:12

    Bon film en effet mais j attends toujours une vraie version de la vie de Cartouche car son parcours est digne d un roman de Dickens et ferait un film formidable. En tous cas une des biographies les plus intéressantes que j aie lues.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :