• Brigitte Bardot

    Initiales B.B.

    Brigitte BardotNée Brigitte Anne-Marie Bardot le 28 septembre 1934 à Paris, elle grandit avec sa soeur cadette Marie-Jeanne, dite "Mijanou" dans un millieu bourgeois, et pratique la danse classique dès son plus jeune âge.

    Elle entre au Conservatoire de Paris en 1949 et dès l'âge de 15 ans elle pose en couverture du magazine "Elle", dirigé par Hélène Lazareff, une amie de sa mère. C'est ainsi qu'elle est remarquée par le réalisateur Marc Allégret, qui lui fait passer une audition avec son assistant, un certain Roger Vadim, pour un film qui ne verra jamais le jour.

    Le premier -petit- rôle de Brigitte Bardot sera dans Le Trou Normand de Jean Boyer avec Bourvil ; a 18 ans, elle obtient de son père l'autorisation d'épouser Vadim.

    Sa carrière se poursuit avec Un acte d'Amour (Anatole Litvak) avec Kirk Douglas, puis Bardot monte sur les planches pour interprêter L'Invitation au Château de Jean Anouih. Alors qu'elle-même se trouve "nulle", les critiques sont bonnes.

    Brigitte Bardot sera souvent cantonnée aux petits rôles, comme à Rome où elle tourne Helene de Troie aux côtés de Rossannà Podesta ; elle nouera néanmoins une amitié avec Ursula Andress qui tourne elle aussi beaucoups en Italie à cette époque.

    Retour en France où elle est au casting du film de René Clair  Les Grandes Manoeuvres, avec Michelle Morgan et Gerard Philipe.

    Arrive enfin LE film qui participera du "mythe Bardot" : Et Dieu créa la Femme, de son mari Roger Vadim. A sa sortie en France, il fût accueilli avec réserve par les critiques, mais fera un triomphe aux U.S.A. Brigitte Bardot devient alors le symbole de la femme libérée des années 60, et ses rôles en seront plus consistants : En cas de malheur, de Claude Autant-Lara (58), où elle partage la vedette avec Jean Gabin, La Femme et le Pantin (Julien Duvivier), Le Mépris (J.L Godard).

    Côté western, notre BB tourne Viva Maria ! avec Jeanne Moreau, un film qui tient plus de la parodie que du classique du genre, réalisé par Louis Malle en 65 ; Shalako en 68, d'Edward DmytryBrigitte Bardotk, et Les Petroleuses de Christian-Jaque avec une autre actrice "de caractère" : Claudia Cardinale. Contrairement à ce que dirent les journaux de l'époque, les deux femmes s'entendirent à merveille.

    Par la suite, Brigitte Bardot se désintéresse d'un cinéma qui ne lui propose plus que des rôles stéréotypés. Se passionnant pour la cause animale, elle abandonne les plateaux après L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-chemise, de Nina Companeez en 1973.

    Aujourd'hui, elle continue son remarquable combat pour les animaux, et malgré son franc-parler et ses opinions politiques plus que douteuses, elle reste aux yeux des français un "mythe vivant", auquel fût consacré dernièrement une exposition à Paris.

    « Tony Curtis : "Vous aimez les chiens ?"Cosa Nostra (1972) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :