• Alamo (1960)

    Western ? Film historique ?

    AlamoJe viens juste de terminer le visionnage en VO de ce film, la première réalisation de John Wayne, long mais passionnant. Je dois avouer qu'en le revoyant, j'ai eu quelques surprises : tout d'abord, je ne me souvenais plus du tout début du film, la confrontation entre Sam Houston (Richard Boone) et du colonel Travis (Lawrence Harvey).

    Dans mes souvenirs, ce western (mais est-ce un western, d'ailleurs ?) commençait par l'arrivée de Davy Crockett (John Wayne) et ses hommes en vue du village de San Antonio. Comme quoi, la mémoire est selective...

    Oui, est-ce qu'Alamo est un western ? Il est impossible par ailleurs de le qualifier de film "historique", puisque, si John Wayne s'est entouré d'historiens pour le tournage, ceux-ci refuseront de voir leurs noms apparaître au générique. Alors est-ce un film "politique", clamant les idées du Duke en matière d'interventionisme américain ? La Guerre de Corée était terminée, mais la Guerre du Viêt Nam était en gestation. Rassurez-vous, je ne vais pas aller dans ce sens, parce que je pense que Wayne, dont les idées étaient largement connues de tous depuis très longtemps, n'avait nul besoin de réaliser un film "propagande" (il se rattrapera plus tard...) ; pour moi, il a simplement voulu rendre hommage à un groupe d'hommes, qui, pour beaucoup d'américains, sont les martyres de l'Histoire.

    Si le début du film ressemble à un western "classique" de John Wayne, avec la fête alcoolisée dans la "cantina", le gag du petit porteur de valise pour qui Crockette exige (et obtient) du gommeux une petite pièce de monnaie, et l'ébauche d'histoire d'amour entre lui et la belle Flacca (Linda Cristal), on arrive très vite au coeur du sujet : cette bataille ne concerne que les hommes, et Flacca est ainsi - cavalièrement - enjointe de quitter San Antonio pour échapper à ce qui sera un massacre.

    Et effectivement, la seconde moitié d'Alamo Alamomontre les insurgés dans l'attente du martyre, le tout entrecoupé de scènes lacrymales : le départ des familles, l'affranchissement de Jethro, l'esclave de Bowie, la discution des hommes à propos de Dieu...Et l'ultîme scène du film est rien de moins que "biblique", les seuls survivants du fort (l'épouse de l'ordonnance de Travis, sa fille est un petit ésclave) quittant les lieux en compagnie d'un âne.

    Voilà en résumé ce qu'est pour moi Alamo, un grand film, un "western-martyrologe" : pardon pour le néoligisme, mais je ne savais comment le qualifier.

     Alamo

    « Danny à Tombstone...Adieu à Conrad Bain »

  • Commentaires

    1
    Daniel
    Vendredi 4 Novembre 2016 à 21:40

    J ai dégoté un vieux fascicule  sur les coulisses du tournage de ce film  , sa sortie  , et l implication de Wayne sur ce qui était son " œuvre". Alors entre les rapports tendus entre Widmark et Wayne , le refus du Mexique de tourner sur le site meme , le casting révé du Duke ( Gable, Arness , Heston  , tous ont refusé pour diverses raisons , celle de Heston étant la plus " marrante" ) , la participation de John Ford ( Wayne a supprimé toutes ses scènes au montage sans oser lui dire ) ou le fait que le grand John s était attribué le petit role de Houston pour se consacrer a la réalisation mais que la production a exigé  qu il tienne le role principal . Wayne a toujours réfuté l échec du film hors il a hypothéqué ses maisons, bateaux et autres pour finalement récupérer sa mise que lorsqu il venda les droits de son film a la télévision quelques années plus tard.J oubliais..Charlton Heston a refusé le film parce qu il considérait qu il était contraire a ses convictions politiques ( a l image de Paul Newman pour " L' inspecteur Harry) ...car il était démocrate a l époque ...et qu il doutait que Wayne puisse s improviser réalisateur d un si grand projet , propos ressemblant a ceux de Widmark  qui disait que l echec du film est du en grande partie au fait que Wayne était incapable de diriger ses scènes comme l aurait fait un vrai metteur en scène , il n avait aucune autorité. . Devenu républicain , Heston a regretté de ne pas avoir fait ce film , quand a Widmark il aurait préféré tenir le role qui devait etre le sien au départ: celui de Davy Crockett . Mais c est James Arness qui a profondément décu Wayne en ne venant pas au rendez vous prévu sans explications. Leur amitié s arrèta là ! Si Wayne a reconnu que le film était beaucoup trop long , le temps a rendu justice a cette œuvre car encore aujourd hui quand on parle d Alamo ( le lieu du tournage est devenu un site touristique ) on pense au film du Duke. Il y a quelques années un projet de remake était en cours ( avec Brad Pitt , Mel Gibson et Tom Cruise) dommage qu il n y ait pas eu de suite l un des trois demandant un salaire exorbitant et un droit de regard sur le scénario , en particulier sur son personnage....devinez lequel !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :