• Affaire Weinstein : Oliver Stone, la voix de la raison ?

    La parole est à la défense.

    L'affaire Weinstein continue : alors qu'une trentaine de femmes ont aujourd'hui brisé le silence assourdissant autour des exactions du producteur, une voix se fait entendre... pour le défendre, ou du moins pour remettre les choses en places.

    Oliver Stone oppose l'argument - frappé au coin du bon sens - que "tant que les faits n'ont pas été prouvés judiciairement rien ne l'accuse". Il n'a pas tout à fait tort, et son intervention est une tentative - louable - de remettre le débat là où il devrai être : devant une cour de justice.

    Cette affaire est loin d'être finie, et il est certain qu'elle fera encore parler d'elle pendant longtemps. On peut d'ores et déjà être sûrs de deux choses :

    1- nous auront droit à un procès sur-médiatisé.

    2 - il doit y avoir déjà, quelque part à Hollywood, des scénaristes en train de taper fiévreusement sur leurs claviers d'ordinateur...

    Affaire Weinstein : Oliver Stone, la voix de la raison ?

     

    « Vous avez dit "porg" ?Une pétition... contre la mort de Jean Rochefort. »

  • Commentaires

    1
    Kinskiklaus
    Samedi 14 Octobre 2017 à 20:09

    "1- nous auront droit à un procès sur-médiatisé." Procès moral, oui, mais rien ne dit qu'il sera un jour traduit devant une cour de justice. Je prends un risque (relatif) en prédisant qu'il ne sera jamais jugé.

      • Samedi 14 Octobre 2017 à 20:25

        Vu l'importance que prend l'affaire, il y a des chance qu'il y ai procès. Ceci dit, vu la façon dont certaines affaires se règlent aux USA, on doit aussi s'attendre à des "arrangements financiers".

        Personnellement, cela me dégoute qu'un individu riche et célèbre, coupable d'agressions sexuelles, puisse s'en tirer si facilement.  C'est un fait, une personne victime de ce type d'agression ne peux vraiment se reconstruire que si son agresseur a été jugé et condamné. Mais bon, la plupart des victimes de Weinstein peux se payer de bons psys.

    2
    FJWalk
    Dimanche 15 Octobre 2017 à 13:38

    S’il est jugé, ce sera un peu le procès de tous ces « moguls » hollywoodiens qui ont abusé des starlettes, les ont utilisées, humiliées, traitées comme du bétail depuis la création du cinéma. Après tout, ça nous fera un peu d’air frais ! 

    3
    Lundi 16 Octobre 2017 à 12:08

    Dans tout ça - ce déferlement médiatique -, il y a un gros souci : le problème de la preuve. Et de la définition du consentement, comment différencier l'agression de la "promotion canapé" (le nom n'est pas terrible, mais rien d'autre ne me vient en tête), où la personne cède sans montrer son refus. Sans compter le problème de la prescription, je ne connais pas le système légal américain, mais dans l'absolu, Weinstein pourrait attaquer pour diffamation, ce qu'il ne fera évidemment pas dans ces circonstances. Ce type est une ordure (il est probable qu'il aura bientôt son épisode télé d'une série policière et de tribunal), son cas est avéré, mais les répercussions... L'histoire d'Hollywood (et du ciné de tous les pays) est jonchée de ce genre de saloperies. Il y a eu un sombre épisode d'une apprentie-actrice, dans les années 40 ou 50, qui après un viol dans une soirée hollywoodienne était allée voir la police et qui s'est fait détruire voire pire, je crois que c'était en rapport avec le "fixeur" d'Hollywood, dont les frères Coen ont récemment fait un film. Il y a vraiment une culture du silence (le mot est faible) à Hollywood. Ces digues se brisent-elles avec Weinstein ? Et d'un autre côté, il y a le backlash, qui se souvient du cas "Fatty Arbuckle" et d'autres ?

    4
    Kinskiklaus
    Lundi 16 Octobre 2017 à 15:40

    Merci Lemmy, ton message m'aura permis de découvrir l'existence de Roscoe Arbuckle. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :